En hommage à...

 

En souvenir de ...

Eugène Parlier

Eugène Parlier avait participé au match mémorable contre l'Autriche lors de la Coupe du monde 1954.Image: Keystone

Ancien portier de Servette, Lausanne et Neuchâtel, le Vaudois est décédé lundi à l'âge de 88 ans.

Ancien gardien de l'équipe de Suisse, Eugène Parlier est décédé à l'âge de 88 ans. International à 21 reprises, il a notamment disputé la Coupe du monde 1954 en Suisse, où la sélection nationale était tombée en quart de finale à Lausanne après un match mémorable contre l'Autriche (7-5).
 
Né et formé à Montreux, Eugène Parlier a fait l'essentiel de sa carrière dans des clubs genevois, à Servette, Urania Genève Sport et Etoile Carouge. Mais il a aussi évolué au FC Cantonal Neuchâtel, au Lausanne-Sport et à Bienne.
 
Partout où il est passé, sa cote de popularité a été immense et l'est restée, que ce soit au crépuscule d'une carrière qu'il a sans doute trop étirée par plaisir du jeu, ou alors des décennies plus tard. Les fameux «laisse!» que Parlier hurlait sans cesse ont longtemps résonné dans tous les stades que le gardien a fréquenté et étaient souvent aussi attendus que les matches eux-mêmes par le public.
 
«C'est avec une immense tristesse que le FC Montreux-Sports a appris le décès de M. Eugène Parlier dit 'Gégène', qui s'en est allé hier soir (réd: lundi) rejoindre définitivement les légendes du football suisse», écrit le site mymontreux.ch, qui précise qu'un hommage lui sera rendu ce samedi à 18h dans le stade qui porte son nom pour le match Montreux - Bex (2e ligue interrégionale).
 
Sur son site internet, le Servette FC salue lui aussi «la mémoire de l'un des plus grands joueurs de son histoire», entre 1949 et 1955. Le club rappelle notamment un match disputé en octobre 1954 devant 100'000 spectateurs à Budapest face à la Hongrie de Ferenc Puskas avec l'équipe nationale. Malgré une défaite 3-0, Eugène Parlier avait arrêté un penalty du «Major galopant» et, selon la légende, effectué plus d'une soixantaine de plongeons.
 
Mais les deux rencontres les plus marquantes d'Eugène Parlier sous le maillot suisse ont été, bien sûr, le rocambolesque quart de finale de la Coupe du monde 1954 contre l'Autriche et, trois années plus tard, un match des éliminatoires du Mondial 1958 en Espagne (2-2), fatal à la Roja. A Madrid, «Gégène» dégoûte Alfredo Di Stefano et estomaque le public au fil des ses nombreuses sorties acrobatiques et spectaculaires très loin de sa surface. Sa marque de fabrique depuis toujours).
 
Tant et si bien que l'Atletico Madrid veut engager le Vaudois et pose sur la table... 2 millions de pesetas (200'000 francs à l'époque)! Un transfert qui ne se fera pourtant pas, UGS ayant mis son veto...

(si/nxp)

Avis de décès

printpdf

Tribune de Genève le 2 novembre 2017

TG Avis Parlier Gégène

printpdf

24 Heures le 2 novembre 2017

VQ Avis Parlier Gégène

printpdf

24 Heures le 3 novembre 2017

VQ Societes Parlier Gégène LE FC MONTREUX-SPORTS a l222immense) Tj41.29 0 Td-.59 Tc( t riste sse de fair e part du d351c\350s de) Tj.92 0 0 1 39.3423004 78.097702 Tm/F0 12.5 Tf(Monsieur G351g\350ne PARLIER) Tj.9 0 0 1 5.2519999 50.778801 Tm/F1 9.5 Tf(Nous adressons nos plus sinc350res ) Tj.918 0 0 1 5.2519999 40.778801 Tm.19 Tc(condol351ances ) Tj59.98 0 Td<E020> Tj8.99 0 Td(sa compagne, ses enfants et sa famille. Pou r les o bs 350que) Tj21 0 Td(s, pri350) Tj16.41 0 Td(re de consulter l222avis de la famille.) TjET1 w0 j4 M0 J[] 0 d.5 .5 m127.0589981 .5 l127.0589981 129.8939972 l.5 129.8939972 lhSQ

Voir toutes les personnalités
Ecrire une condoléance

Viviane Cosman
Je me souviens d'Eugène Parlier au stade de Frontenex et au club UGS. Mon père et lui étaient amis et il me faisait sauter sur ses genoux. J'avais 5 ans et je me souviens encore de lui avec tendresse. Toutes mes condoléances.


Nicolas Piller
Un très grand nom du football suisse s'en est allé, Gégène a fait rêver les petits et les grands, sa simplicité et accessibilité était inégalables, en pensée avec Christine, Michèle et Brigitte, amitiés. Nicolas Piller


Daniel Mermillod
Le malheur qui vient de bouleverser votre famille nous a pétrifiés. Sachez que nous sommes de tout cœur avec vous. Soyez assurés de notre chaleureuse sympathie et de notre indéfectible amitié.


Albert Fahrni
Cher Gégène, de là-haut, tu pourras voir tous les matches. Mes pensées émues pour Antoinette, ta compagne, qui t'a soutenu toutes ces belles années.


Daniel Mermillod
Salut l'ami, tu nous as fait trembler des fois à UGS, mais que de bons souvenirs derrière tes buts quand on criait hoooooooooooo et tu dégageais loin le ballon, un ancien junior d'UGS. Repose en paix Gégène.


Gérard Comtesse
J'étais junior, tu étais l'entraîneur des gardiens. Chaque semaine, j'avais un immense plaisir de monter à Chailly pour suivre tes entraînements. Je revois avec émotion les conseils et les histoires de foot que tu nous racontais à la buvette du stade. Mais surtout, je revois le gardien de mon enfance toujours souriant dont chacune des rencontres était un grand moment de plaisir. J'aurais aimé être ton ami à cette époque. Le junior que j'étais autrefois te dit "Adieu Gégène", l'adulte que je suis aujourd'hui te dit "Salut Gégène, à bientôt". Gérard Comtesse


Jean-Claude Baltzinger
Cher Gégène, tu ne l’as jamais su, mais tu as sans doute été ma première idole. Assis sur le mur derrière tes buts aux Charmilles, j’admirais ton autorité dans tes 16 mètres, tes plongeons courageux, ta prise de balle et ton beau maillot noir. Je criais avec les autres lorsque tu dégageais depuis le coin droit des 5 mètres. Et quand je rentrais chez moi, c’était pour enfiler mon équipement de gardien. J’en étais certain: «Quand je serai grand, je serai Parlier». Quelques années passent, te voilà à UGS, et moi toujours assis par terre derrière tes buts. Un dimanche, l’adversaire est le FC La Chaux-de-Fonds avec son petit prodige Philippe Pottier à peine âgé de 17 ans. Un ballon lancé en profondeur par Kernen et le petit fonce en position d’inter gauche, tu ramasses la balle juste avant lui et, en te redressant, tu lui files un méchant coup d’épaule qui l’envoie bouler 10 mètres plus loin, juste devant moi. Je suis indigné, et si j’avais su siffler, j’aurais fait comme les autres. Ce jour-là, tu es tombé de ton piédestal, le «p’tit Pottier» a pris ta place et moi, je ne serai jamais gardien de but. Mais je t’ai quand même gardé une place spéciale. Je serai à tes obsèques vendredi, derrière, comme autrefois. Adieu Gégène.


Philippe Druey
Cher Gégène, C'était il y a quelques années, notre groupe d'amis mordus de foot t'avait contacté par l'intermédiaire de l'excellent Pascal Bertschy (journaliste à la Liberté) et tu avais accepté notre invitation à partager le repas de midi en compagnie du regretté Jean-Jacques Tillmann. Tu as été tellement gentil de nous raconter tes souvenirs sportifs et de répondre à nos questions que nous avions passé une journée inoubliable en ta compagnie. Pour tout dire, c'était "phéno" et je crois que tu avais aussi passé une belle journée, ému que tu étais lorsque nous t'avons raccompagné à ton domicilie sur les hauts de Montreux. Vu notre âge, nous ne t'avions jamais vu évoluer sur un terrain, mais on avait bien conscience d'avoir eu la chance de côtoyer un vrai champion et un grand homme ! Merci !

print

Pensées virtuelles

+ Ajouter une pensée virtuelle
 
Signaler une erreur

À votre service

Annuaire professionnel