En hommage à...

Marcel IMSAND

 

Avis de décès

printpdf

24 Heures le 13 novembre 2017

VQ Avis Imsand Marcel

printpdf

24 Heures le 14 novembre 2017

VQ Societes Imsand Marcel LA SECTION DES PHOTOJOURNALISTES D222IMPRESSUM) Tj/F1 9.5 Tf-35.68 -13.2 Td(a la grande tristesse de faire part du d351c\350s de) Tj.92 0 0 1 24.5189991 30.7894001 Tm/F0 12.5 Tf(Marcel IMSAND son cher ami, c ol l350gue ) Tj-66.79 -10.36 Td-.07 Tc(et membr e d222honneur) TjET1 w0 j4 M0 J[] 0 d.5 .5 m127.0589981 .5 l127.0589981 104.3820038 l.5 104.3820038 lhSQ

printpdf

24 Heures le 14 novembre 2017

VQ Societes Imsand Marcel IM PRESS UM 226 LES JOURNALISTES SUISSES ET ) Tj/F0 9.5 Tf-39.79 -10 Td(IM PRESS UM VAUD, ASSOCIATION VAUDOISE DES JOURNALISTES Les comit351s ont appris avec tristesse le d\351c\350s de) Tj.92 0 0 1 68.0127029 44.0820007 Tm/F1 12.5 Tf(Monsieur Marcel IMSAND Pho to gr aphe e t pho to gr aphe de pr es se Membr e v ra n RP A sa famille vont leurs sinc350res condol\351ances.) TjET1 w0 j4 M0 J[] 0 d.5 .5 m265.9570007 .5 l265.9570007 95.8779984 l.5 95.8779984 lhSQ

Ecrire une condoléance

Jacques Dominique Rouiller
Un ami s'en va, gagne un ailleurs dont nous ne savons rien. Il avait opté pour ce métier de preneurs d'images et c'est la photographie qui l'a pris. N'oublions pas sa science d'orfèvre pour domestiquer la lumière avec toujours ces regards qui continuent de nous toiser. Merci Marcel pour cette leçon de vie! A tes proches, toute ma vive sympathie. Jacques Dominique Rouiller


Marco Lizzola
Chère Famille, Je tiens à vous présenter mes sincères condoléances. Je suis allé encore mercredi dans sa chambre pour rendre visite à Monsieur Imsand. Je l'ai trouvé très faible. Je lui ai dit que c'était un un Grand Homme et un Photographe Exceptionnel. Qu'il repose en Paix auprès de ses Chers disparus. J'en garderai un souvenir impérissable. Marco Lizzola


Jean-François Chappuis
Chère Famille, c'est avec tristesse que j'ai appris la nouvelle. Son regard par le trou de son objectif était tellement différent des paparazzis. Il savait croquer par l'image des gens et des paysages en leur donnant ce plus qu'il avait l'art d'apporter à tout ce qu'il photographiait. Je suis en pensées avec vous en ces moments pénibles et vous présente mes sincères condoléances.


Marcelle Wessel-Mosimann
Reposez en paix auprès de votre femme et de votre fils.Monsieur Imsand un grand homme comme ces photos à sont images.Mes sincères condoléances à toute là familles


Jean-Pierre Vicario
Au nom du Photo Club de Lausanne, Nous transmettons à sa famille notre profonde sympathie suite au décès de Marcel. Membre de la société depuis 1959, la magie de sa lumière aura et inspiré de nombreux photographes. Ceux qui l’ont connu se souviendront d’un homme simple et généreux et pour les plus jeunes, il restera cet artiste inaccessible magicien du noir et blanc. Merci Monsieur Imsand pour tout ce que vous avez apporté à la photographie.


Philippe Dubath
Aux filles de Marcel et Mylène Imsand Je voudrais juste, avec amitié et en quelques lignes, saluer Isabelle et Marie-José Imsand, qui ont vécu un automne particulièrement triste et éprouvant, puisque leurs parents, Mylène en septembre, puis Marcel en novembre, ont quitté ce monde. Pour avoir assisté, en ami proche, aux deux cérémonies d’adieu à l’église du Valentin – où Mylène et Marcel s’étaient mariés - je tiens simplement à dire que je reste marqué par la noblesse et la générosité qui ont marqué ces deux moments, pensés par Isabelle et Marie-José, en fonction de la vie, de l’âme, de l’œuvre et de la personnalité de leurs parents avec lesquelles elles ont vécu tant de choses. Ils ne sont plus là, ils nous manquent, mais les adieux que nous avons pu leur adresser et vivre en fraternité avec tant de monde resteront en mon cœur. Philippe Dubath, journaliste, La Tour-de-Peilz


Gérard Frey
Tu ne recherchais pas la célébrité, ni les honneurs, tu les fuyais. Malgré ton immense talent, tu es resté humble et modeste, tu es resté Marcel le Gruyérien. Trouver un emploi à cette époque (1955/56) n'était pas chose facile, alors tu t'es fait "migrant" de courte distance et ton emploi, tu I'as trouvé dans le canton de Vaud comme mécanicien de précision. Ce métier ne te convenait pas, tu désirais devenir photographe, ce que tu as réussi au-delà de tes espérances. Ce 16 novembre, d'importants personnages te feront des éloges et te rendront hommage. Moi, plus modestement, je revis en pensée les bons moments que nous avons passés ensemble, chez toi à I'avenue Vinet 17, dernière maison de ma tournée postale. Nous avions découvert que nous étions contemporains à quelques semaines d'écart: nous sommes nés en 1929, l'année de la crise financière et de I'effondrement de l'économie mondiale. En plaisantant, tu me disais: "Les costauds ont résisté et nos parents dormaient tranquilles car ils n'avaient rien à perdre." Chez toi, dans ta salle de bains, tu m'as montré comment d'une pellicule nous pouvions obtenir une photo à partir d'un négatif et du révélateur. Je n'ai pas compris grand-chose mais j'ai cru à un grand coup de magie de ta part. Devenu professionnel, tu m'as demandé pour ton premier travail de photographe de pouvoir venir faire des photos de mon mariage, ce que j 'ai apprécié; ce fut mon plus beau cadeau car tu as refusé d'être payé. En ta compagnie, j'ai reçu un bisou de la chanteuse Barbara dans ton atelier (caverne d'Alibaba) de la rue de I'Ale. La mort assez récente de ta merveilleuse épouse Mylène t'a anéanti et tu t'es laissé mourir par amour, car pour toi, I'amour était ta raison de vivre: l'amour de tes proches, de la nature et, par-dessus tout, I'amour de Dieu. Jusqu'à ma finitude, je garderai de toi un lumineux souvenir et te dis A'Dieu I'ami, on t'aimait bien. Ton ancien facteur, Gérard FREY

print

Pensées virtuelles

+ Ajouter une pensée virtuelle
 

À votre service

Annuaire professionnel

S'inscrire