En hommage à...

Raymond CHATELANAT

 

Avis de décès

printpdf

24 Heures le 22 février 2021

VQ Avis Chatelanat Raymond

Ecrire une condoléance

Jean Luc Zwissig
Nous sommes en pensées avec vous amitié, JL et Yvette


Cathy Légeret
Le malheur qui vient de bouleverser votre famille nous a pétrifiés. Sachez que nous sommes de tout cœur avec vous. Soyez assurés de notre chaleureuse sympathie et de notre indéfectible amitié.


Laurent Kaledjian
Tout notre sympathie en ces moments douloureux et pénibles. Sincères Condoléances.


Ergül ÖZDEMIR
Toutes nos pensées en ces moments difficiles, Ergül & Ender


Chatelanat Dominique
Ma lettre d'adieu... Papa En ce jour, je voudrais parler de toi, ce grand homme qu’était notre papa, toi Raymond Chatelanat. Toi, un enfant de Concise qui à l’âge de 11 ans a eu la mauvaise idée, sous l’influence de tes camarades de jeu, d’aller subtiliser des bâtons de dynamite à l’insu de ton père qui était mineur. Toi, après avoir mis les bâtons de dynamite sous un rocher, après avoir allumé leurs mèches, après avoir vu qu’il n’y avait pas d’explosion, Toi, à la demande de tes camarades, Toi qui a été voir de plus près et toi qui a subi l’explosion à bout portant. Ce terrible accident t’as non seulement mis entre la vie et la mort, mais aussi t’a fait perdre la vue et t’as fait perdre l’usage de deux de tes doigts. Mais tu ne t’es pas laissé faire par ce coup du sort. Plus tard, au terme de ta scolarité à l’asile des aveugle (Tu n’aimais pas ce nom, il te faisait penser à un asile de fou), tu as réussi à intégrer les cours de l’école normale à Lausanne. Au cours de ceux-ci, tu devais faire un travail d’étude double. En effet, tu prenais tes notes en Braille et tu les retranscrivais en écriture noire pour le lendemain. Au terme de tes formations, tu as décroché le titre d’enseignant spécialisé pour des enfants mal- voyants ou non-voyants. Tu as été le seul enseignant en Suisse à être non-voyant. Tous tes élèves t’adorait. Ta façon d’enseigner et ta pédagogie était reconnue de tous. Tous tes élèves en ont témoignés. Ils venaient souvent prendre les quatres heures à la maison. C’était une autre époque, où on avait possibilité de prendre de tels bons moments. Néanmoins, tu as dû te battre pour obtenir un salaire équivalent à tes collègues et tu y es arrivé, notre brave Papa. Tu n’as pas toujours été reconnu à ta juste valeur, dans tes capacités d’Enseignant. Bien que travaillant à l’asile des aveugles, tu as dû, en tant que non-voyant, faire justement tes preuves pour que tu sois accepté comme enseignant à part entière, que l’on te verse un salaire normal et que l’on te fasse confiance. Cela n’a pas été facile pour toi. Tu cherchais toujours des stratégies pour pouvoir donner des cours comme tes collègues qui eux avaient leur yeux et tu t’es débrouillé comme un chef ! Papa. Lors de la prise de ta retraite, le Directeur du Centre à écris que Tu incarnais, l’âme du CPHV (centre pour handicapé de la vue). En te perdant, cette institution à perdu un peu de son âme, Notre cher Papa. On est si fier de toi… Tes points forts, c’était l’Amour, que par, ton naturel, ta conscience professionnelle, ta gentillesse, ton affection, par ton humanité que tu as témoigné à tes élèves. Il te surnommait le CHAT. Tu était animé par une grande passion que tu as entretenue depuis ton plus jeune âge, la musique de Jazz, tu était une vraie encyclopédie, tu donnais régulièrement des conférences au club de jazz de Lausanne dont tu faisais partie pendant des années et aussi chez des particuliers. Je pense que c’est grâce au Jazz et à l’amour de ta famille, que toi et Maman vous avez pu subsister dans ce monde qui ne fait pas de cadeaux. Maman a été l’une de tes élèves. Elle était également non-voyante, atteinte d’un glaucôme congénital depuis sa naissance. C’est à l’âge de 8 ans qu’elle a perdu l’usage de la vue. C’est plus tard que vous vous êtes revu dans un camp d’été et que votre flamme s’est déclarée. Vous vous êtes marié en 1962 à St-Légier, et vous avez eu trois enfants Dominique, Thierry et Marie-Noelle. On se demande toujours comment vous avez fait en étant non-voyant pour avoir réussi autant de choses admirables, éduquer trois enfants, toutes les responsabilités et vous y êtes arrivés d’une façon admirable !!! Nous étions votre raison de vivre, vos yeux, votre façon de faire un pied de nez à la vie qui ne vous avait pas gâtée. Les personnes handicapée développent beaucoup de ressources. En 2005, Marie-Noelle et Cédric vous ont offert un petit-fils Kylian. Il a fait votre bonheur ! Maman ne parlait que de lui. Elle en était si fier. Elle en a pu profiter à peine trois ans avant son décès.

print
 

À votre service

Annuaire professionnel

S'inscrire