En souvenir de ...

Emile Gardaz, animateur, poète et parolier

Emile GardazEmile GardazDR

Charisme naïf de santon, sagacité rare, poésie immédiate et don de l’écoute sincère, le conteur challensois est décédé mercredi d’un arrêt cardiaque à 76 ans. Il laissera une trace dans le cœur de tous les Romands.

Frère de lait de ses compatriotes, mais frère de sang de tous les hommes, il avait le «don». C’est ce qu’on dit généralement dans nos campagnes pour désigner un sorcier du genre bienfaiteur, un gars qui d’un clignement de paupières vous soulage d’une douleur à la nuque, de varices aux jambes, d’inquiétudes qui vous ravagent le cerveau. Or Emile Gardaz, dont la mort survenue mercredi à son domicile de Lausanne propagera des ondes de tristesse dans toute la Romandie, n’avait d’autre recette pour faire du bien aux autres qu’en les écoutant. Il avait l’âme charitable d’un santon, et l’atmosphère de l’Avent dans laquelle il vient de s’éteindre seyait à sa poétique.

Originaire de Villars-le-Terroir, il naît à Echallens le 29 août 1931, d’un père pâtissier catholique et d’une mère protestante. En 1941, il entre au prestigieux Collège Saint-Michel de Fribourg où il s’imprègne durant une dizaine d’années d’une solide culture littéraire et humaniste. Mais l’université n’est pas sa tasse de thé: un semestre parisien sans grande motivation en Sorbonne, des cours suivis avec plus d’assiduité dans les Facultés de lettres et de droit de Lausanne, sa corde de poète, d’artiste, d’«artisan» - comme il aimait dire - commence à vibrer à la Radio suisse romande, où il entre à 24 ans. Il réalise des reportages en entrant dans les foyers. Il participe à des émissions musicales, théâtrales, poétiques, et pour enfants. Il en crée lui-même: Derrière les fagots, Mardi les gars, avec Michel Dénériaz, Le bateau d’Emile, Léon, cœur d’accordéon, Demain-Dimanche, le feuilleton Adieu Berthe

Emile GardazCélèbre comme Monsieur Milliquet avec Oin-Oin: avec Claude Blanc et Anne-Lise Zambelli.DR
Durant les années soixante, tous les samedis en début d’après-midi, Emile Gardaz interprète d’une manière inoubliable le personnage de Monsieur Milliquet, dans les aventures de Oin-Oin, incarné par Claude Blanc. La popularité de ce feuilleton, même s’il puise toute sa sève dans le génie de notre terroir, dépassera les frontières romandes. Le Canard enchaîné y fait allusion de loin en loin. L’écrivain et journaliste provençal Yvan Audouard (lui aussi un santon!) avait un faible pour le Milliquet… Un protagoniste à voix aigrelette que Gardaz définissait ainsi: «C’est l’homme d’affaires, l’emmerdeur qui tire la sonnette pour vendre des photos de la Sainte Vierge. C’est également le radical qui aimerait se faire élire là où l’on vote d’ordinaire socialiste.»…

Emile Gardaz a publié une quinzaine de livres empreints d’une mélancolie charmeuse et d’observations enjouées de la nature humaine: Frères comme ça, Passerelle des jours, ou 60 mois de poésies pour accompagner des photographies de Marcel Imsand, L’horizon réclamé, Contes courants, Les petites boréales, Le moulin à sable, la clé du temps, la Fête du blé et du pain, des ouvrages qui célèbrent le Gros de Vaud, ou plus particulièrement Echallens sa terre natale, mais aussi les eaux douces de Neuchâtel. Il a conçu plusieurs pièces de théâtre dans lesquelles il a lui-même joué, ou qu’il a mises en scène dans les villages. Il a écrit des billets dans les journaux.

Emile GardazL'émission Cinq sur cinq, avec de g. à d., EmileGardaz, Patrick Lapp, Lova Golovtchiner, Jean-Charles Simon (assis) et Jean-Charles.DR
Enfin, il a été l’auteur de quelque 600 chansons, parmi lesquelles Les chemins de la mer, qui figure au répertoire de nombreuses chorales, et Refrain, sur une musique de Géo Voumard, qui obtint en 1956 – et grâce à la voix de Lys Assia - le 1er prix au Concours Eurovision de la chanson.

Gardaz aimait son pays et ses habitants avec une ironie tendre, il était incapable de férocité. Il apprenait aux Vaudois à avoir confiance en leur propre humour matois. En cette intelligence d’autant plus subtile qu’elle est lente, qu’elle pèse ses mots, qu’elle les surveille avant qu’ils soient émis, comme on surveille le lait sur le feu. Il chérissait ses compatriotes comme des frères de lait, des compagnons de table, de libations et de rires, mais aussi de labeur, de souffrance, de compassion. Et c’était pour les encourager à plus d’ouverture au monde. Il sut leur donner le la de l’universalité. Il savait convaincre avec patience, il conviait les gens à regarder mieux, à écouter. C’étaient ses deux verbes préférés.

Emile Gardaz était marié, avait deux enfants et trois petits-enfants. Il était le père de la comédienne Sophie Gardaz.

Gilbert Salem


Lire aussi

Sa page sur Wikipédia.

Un sketch de Oin-Oin enregistré en vidéo.

L'hommage de Lova Golovtchiner à Emile Gardaz

Avis de décès

printpdf

24 Heures le 20 décembre 2007

Françoise Gardaz-Duc, son épouse; Jean-Christophe et Angela Gardaz, son fils et sa belle-fille; Sophie Gardaz, sa fille, son compagnon Stan Buchs et ses enfants Malko, Audrey et Chloé, ses petits-enfants; Colette Gardaz, sa belle-sœur, ses enfants et petits-enfants; Jacques et Rosmarie Duc, son beau-frère et sa belle-sœur, leurs enfants et petits-enfants; Les enfants de feu Madelise Duc Fonjallaz, sa belle-sœur; Les familles Gardaz, Ravay, Pittet, Duc, Bezençon, parentes, alliées et amies; Anne-Lise et Gérald Zambelli; Et tous ses nombreux amis et connaissances de ce pays qu’il aimait ont la grande tristesse de faire part du décès de Emile GARDAZ poète et homme de radio survenu pendant son sommeil à son domicile le 19 décembre 2007, à l’âge de 76 ans. La messe aura lieu en l’église catholique d’Echallens, le vendredi 21 décembre, à 14 heures. Honneurs à l’issue de la cérémonie. L’inhumation suivra au cimetière d’Echallens. Emile repose en la chapelle funéraire de l’église catholique d’Echallens. Domicile de la famille: Valmont 18, 1010 Lausanne. R. I. P. Il y a, cachés dans le cœur de l’homme La sève et l’hiver, la mort et la vie. Derrière les prés, la hache résonne. C’est pour un berceau, un cercueil aussi. Il y a, cachée dans le cœur de l’arbre La poupée de bois qui pleure et qui rit. Emile Gardaz Cet avis tient lieu de lettre de faire part.

printpdf

24 Heures le 20 décembre 2007

L’Institution de Lavigny a la tristesse d’annoncer le décès de Monsieur Emile GARDAZ fidèle ami de l’Institution et s’associe au deuil de sa famille. Pour les obsèques, se référer à l’avis de la famille.

printpdf

24 Heures le 20 décembre 2007

LES EMPLOYÉS DU PETIT THÉÂTRE ET LE CONSEIL DE FONDATION ont la grande tristesse de faire part du décès de Monsieur Emile GARDAZ papa de de Sophie Gardaz, directrice du Petit Théâtre. Toutes nos pensées vont à la famille.LES EMPLOYS DU PETIT THTRE ET LE CONSEIL DE FONDA TION ont la grande tristesse de faire part du dcs de Monsieur Emile GARDAZ papa de Sophie Gardaz, direc- trice du Petit Thtre. T outes nos penses vont la famille.

printpdf

24 Heures le 20 décembre 2007

LA MUNICIPALITÉ ET LE CONSEIL COMMUNAL D’ÉCHALLENS ont la tristesse de faire part du décès de Monsieur Emile GARDAZ enfant d’Echallens Nous gardons un souvenir ému et reconnaissant de ce poète particulièrement attaché à la région du Gros-de-Vaud, auteur de la Fête du blé et du pain de 1998. Pour les obsèques, prière de consulter l’avis de la famille.LA MUNICIP ALIT ET LE CONSEIL COMMUNAL D'CHALLENS ont la tristesse de faire part du dcs de Monsieur Emile GARDAZ enfant d'Echallens Nous gardons un souvenir mu et reconnaissant de ce pote particulirement attach la rgion du Gros-de-V aud, auteur de la Fte du bl et du pain de 1998. Pour les obsques, prire de consulter l'avis de la famille.

printpdf

24 Heures le 21 décembre 2007

LA SOCIÉTÉ CANTONALE DES CHANTEURS VAUDOIS a la grande tristesse de faire part du décès de Monsieur Emile GARDAZ membre d’honneur Nous garderons tous un souve nir ému et reconnaissant envers le poète qui a su trouver les mots qui touchent le cœur des chanteurs de notre pays et d’autres là-bas. Pour les obsèques, se référer à l’avis de la famille.

printpdf

24 Heures le 21 décembre 2007

LA MUNICIP ALIT ET LE CONSEIL GNR AL DE SARZENS ont le regret de faire part du dcs de Monsieur Emile GARDAZ p r e d e M o n s i e u r J e a n - C h r i s t o p h e Gardaz, membre du Conseil gnral. Pour les obsques, prire de se rfrer l'avis de la famille.

printpdf

24 Heures le 21 décembre 2007

LA RADIO SUISSE ROMANDE a le regret de faire part du décès de Monsieur Emile GARDAZ A sa famille et à ses proches, la direction de la RSR adresse ses sincères condoléances. Pour les obsèques, prière de se référer à l'avis de famille.LA R ADIO SUISSE ROMANDE a le regret de faire part du dcs de Monsieur Emile GARDAZ A sa famille et ses proches, la direction de la RSR adresse ses sincres condolances. Pour les obsques, prire de se rfrer l'avis de famille.

printpdf

24 Heures le 21 décembre 2007

L 'UNION DES THTRES ROMANDS a la grande tristesse de faire part du dcs de Monsieur Emile GARDAZ aut eur , homme de r adio , humoris t e e t chansonnier

printpdf

24 Heures le 21 décembre 2007

SA COMMUNE D’ORIGINE VILLARS-LE-TERROIR SES HABITANTS, SES AUTORITÉS COMMUNALES ET SA SYNDIQUE font part avec émotion et tristesse du décès de Monsieur Emile GARDAZ Du cœur de ton Pays du Gros-de-Vaud, nous te remercions de nous avoir révélé tout en poésie et nous te disons à Dieu.SA COMMUNE D'ORIGINE VILLARS-LE-TERROIR SES HABIT ANTS, SES AUTORITS COMMUNALES ET SA SYNDIQUE font part avec motion et tristesse du dcs de Monsieur Emile GARDAZ Du c úur de t on P ays du Gr os - de - V aud, nous t e r emer cions de nous av oir r v l t out en posie e t nous t e disons Dieu.

printpdf

24 Heures le 21 décembre 2007

Le grand congé Faire-part de départ. De vous je décolle, la terre était folle avec ses bazars. De vous je m’envole, adieu les lézards. On dit qu’au-delà le ciel est immense. Je pars en enfance et n’écrirai pas. C’est droit devant soi que tout recommence. Oublie, quand tu danses de penser à moi. 1995, extrait de La courte échelle Le Centre social protestant voudrait remercier de tout cœur Emile GARDAZ pour son soutien au long cours, en duo avec son ami Marcel Imsand. Sous l’impulsion de leur ami Daniel Pache, ils ont créé photos et poèmes ensemble pendant vingt-cinq ans, embellissant ainsi le quotidien de milliers de Vaudois. Que sa famille et ses amis, dont nous partageons la tristesse, trouvent ici l’expression de notre sympathie et de notre reconnaissance.

printpdf

Tribune de Genève le 21 décembre 2007

L’ Union des Théâtres Romands a la grande tristesse de faire part du décès de Monsieur Émile GARDAZ auteur, homme de radio, humoriste et chansonnier

printpdf

24 Heures le 22 décembre 2007

SA COMMUNE D’ORIGINE VILLARS-LE-TERROIR SES HABITANTS, SES AUTORITÉS COMMUNALES ET SA SYNDIQUE font part avec émotion et tristesse du décès de Monsieur Emile GARDAZ Du cœur de ton Pays du Gros-de-Vaud, nous te remercions de nous avoir révélés tout en poésie et nous te disons à Dieu.SA COMMUNE D'ORIGINE VILLARS-LE-TERROIR SES HABIT ANTS, SES AUTORITS COMMUNALES ET SA SYNDIQUE font part avec motion et tristesse du dcs de Monsieur Emile GARDAZ Du c úur de t on P ays du Gr os - de - V aud, nous t e r emer cions de nous av oir r v ls t out en posie e t nous t e disons Dieu.

printpdf

24 Heures le 3 janvier 2008

Voir toutes les célébrités
Ecrire une condoléance

Marinette Baseggio
Encore un bout de ma jeunesse qui disparaît dans cette voix. C'était un vrai poète qui nous faisais nous sentir bien quand on l'écoutait.Il joue déjà aux cartes avec Michel Dénériaz et Claude Blanc. Toute ma sympathie à sa famille


Jean-Marc Duflon
C'est un tout grand personnage de notre région qui s'en va. Il me reste en mémoire, entre beaucoup d'autres, les merveilleuses phrases d'introduction de l'émission "Demain Dimanche".Merci à Emile pour tout ce qu'il nous a apporté.


Jean-Claude Sordel
Cela reste pour moi et pour toujours l'admirable compagnon de Oin-Oin. Merci de nous avoir tant fait sourire.


Jean-Paul Schaub
Ce lundi après-midi j'ai eu l'occasion de dire à Emile que, serions-nous au Japon, il serait un "trésor vivant", une de ces légendes vivantes qui détiennent entre leurs mains et dans leur coeur un véritable héritage culturel national. Et Emile de me répondre que c'était "un très beau cadeau de Noël". Je m'estime chanceux d'avoir eu cette dernière occasion de le lui dire, car je le pense.Jean-Paul S. Washington DC, USA[ancien de la RSR]


Guido Maternini
Ma chère Françoise, je viens d'apprendre cette mauvaise nouvelle et je suis effondré. Je vous aime tous Guido


Bertrand Gumy
Merci, cher Emile, pour tous ces bons moments passé en votre compagnie, les dimanches après-midi, un poète et un chantre du pays romand nous a quittés, toutes mes plus sincères pensées vont à votre famille, les chemins de la mer me sembleront plus long dorénavant.


Pierre-André Rion
Les Suisses Romands, c'est lui qui les a fait exister sur les ondes et dans nos coeurs.Compagnon généreux et toujours à l'écoute, observateur de nos grandeurs et de nos travers, il demeure l'un des rares poètes à avoir véritablement compris en profondeur l'âme des Romands.Avec toute ma plus vive sympathie à sa famille, ses proches et ses amis.


Jacques Sauser
Merci, Emile, pour tout le bonheur que tu m'as donné depuis le foot et à la Sallaz jusqu'a ces dernières années.


Pierre et Madeleine Duvoisin
Adieu, Grand Ami.Le soleil de ton coeur continuera à illuminerceux qui t'aiment.


Jerry
C'est une page vaudoise qui se tourne. De la Radio Romande et du Gros-de-Vaud, de la chanson et de la poésie, de l'humour et de la tendresse. Des blés d'or et du petit verre de blanc. Salut monsieur Milliquet, une partie de ma jeunesse vient de se tailler, en n'oubliant pas ta famille, à qui j'adresse toute ma sympathie.Merci Emile!


jacques pilet
une grande chaleur humaine nous laisse, il va rejoindre les poetes. Bon voyage Emile.


Lucien Jeanguenat
Adieu l'ami et le collègue de plus de 30 ans de connivence et d'amitié. Merci Emile d'avoir pu cheminer en ta compagnie sur des ondes drôles , rieuses, tristes aussi mais toujours pleines d'humanité Que l'Onde céleste te soit légère. Un technicien


Jacques Gex
Un grand MERCI Monsieur EMILE, pour tous les bons moments en compagnie de OIN OIN. Cela nous donnait un coup de fouet pour bien recommencer une semaine, même si la vie ne nous a pas gâtés. Ma Mère aurait eu 95 ans hier, elle est décédée à 51 ans. ADIEU BERTHE. Bon voyage Monsieur MILLIQUET...


Paul Rebiffé
Salut Emile ! En général, la mort ne m'émeut guère, car elle est la seule certitude de notre destin! Mais je dois humblement admettre que de ne plus te voir à la Couronne à Echallens me laisse un goût amer et me remplit de tristesse. Bien que cette finalité soit pénible, je remercie le destin de t'avoir offert une fin douce, rapide et qui n'a pas été précédée par une longue maladie et des années de souffrances. Je ne suis pas croyant et ne vais normalement jamais dans une église, mais je ferai pour toi l'exception que je m'étais pourtant juré de ne jamais faire! Ma plus grande joie serais que ce petit message soit publié dans 24 heures, mais n'étant qu'un inconnu habitant du Gros de Vaud, j'ai peu d'espoir qu'il le soit. Je garderai de toi un souvenir impérissable de ta gentillesse, de ta sensibilité, de tes brouillons de textes que tu me donnais le privilège de lire. Au nom de tous, merci d'avoir mis ton talent au service des vaudois en les représentant si bien..... Salut ami Paul Rebiffé


Paul Rebiffé
Salut Emile ! En général, la mort ne m'émeut guère, car elle est la seule certitude de notre destin! Mais je dois humblement admettre que de ne plus te voir à la Couronne à Echallens me laisse un goût amer et me remplit de tristesse. Bien que cette finalité soit pénible, je remercie le destin de t'avoir offert une fin douce, rapide et qui n'a pas été précédée par une longue maladie et des années de souffrances. Je ne suis pas croyant et ne vais normalement jamais dans une église, mais je ferai pour toi l'exception que je m'étais pourtant juré de ne jamais faire! Ma plus grande joie serais que ce petit message soit publié dans 24 heures, mais n'étant qu'un inconnu habitant le Gros de Vaud, j'ai peu d'espoir qu'il le soit. Je garderai de toi un souvenir impérissable de ta gentillesse, de ta sensibilité, de tes brouillons de textes que tu me donnais le privilège de lire. Au nom de tous, merci d'avoir mis ton talent au service des Vaudois en les représentant si bien..... Salut ami Paul Rebiffé


Marylou Dubelly Reymond
Monsieur Gardaz, je suis triste de vous savoir parti. Votre présence va nous manquer, mais heureusement, votre voix chantera toujours à nos oreilles lorsque nous écouterons l'une ou l'autre de ces histoires que vous saviez si bien raconter et que la magie du son a su conserver. Merci de tout ce que vous avez apporté en ce bas monde et j'adresse toute ma sympathie à votre famille.


Marie, Jean-François et Stéphanie Aubort
MERCI pour ces merveilleux moments qui restent dans nos coeurs. Avec Sophie nous avolns vécu Aliénor au théâtre du Jorat il y a quelques années. Nous n'oublions pas ce papa bienveillant, attentif à sa fille jeune comédienne qui, comme lui, vivait avec ce pays de Vaud qu'il aimait. Les Aubort


Noël Allaz
A Françoise, Sophie Jean-Christophe et famille On pense à vous tous. On vous a tellement aimés tout au long de la vie d'Emile. Si belle. On va continuer la route tous ensemble et lui toujours à nos côtés. Un compagnon des Chemins de la Croix Noël Allaz.


Nicole-Josèphe Allemann
C'est comme une fois y avait... Emile! Tant de poésie, de franche rigolade, d'humilité aussi. Adieu Monsieur Milliquet. N'oubliez pas de mettre des boules (de Berlin) sur votre sapin de Noël, là-haut sur votre nuage.


Jean-Jacques RASCA
Emile GARDAZ, c'est toute une époque de radio qui a charmé ma jeunesse et je suis heureux que Madame Lys ASSIA ait repris sur son dernier CD la magnifique chanson "REFRAIN" due aux talents conjugués d'Emile GARDAZ et de Géo VOUMARD. Ne serait-ce que pour ce grand succès, à l'époque, je tiens à lui rendre hommage sans oublier bien sûr l'entier de son oeuvre. MERCI, Emile


Brochon Rémy et Christine
Du Canada, nous pensons bien à vous et veuillez accepter nos très sincères condoléances. Rémy et Christine Brochon


André Vivian
Adieu l'Emile, je t'aimais bien tu sais, en souvenir de quelques moments passés devant un café à la Radio, toi le poète et moi le musicien.


Nicole Bonvin
C'est à toi que je pense, chère Françoise, tu te rappelles, chez Jaqueline? Nous n'étions plus que trois sur le canapé, pour discuter, de tout, de rien, ton Emile, toi, et moi, le reste n'était que superflu, pour moi, un moment comme ça, m'a comblée de joies, bien avec toi dans ta douleur, et Emile ne nous quittera jamais, comme les grands de ce monde, toutes mes condoléances, Nicole


Jean-Michel L'Hoste
Fut-il un conteur aussi poétique si délicat mais parfois ferme aussi? Emile Gardaz tenait une vivacité relationnelle incomparable qui lui permettait de se renouveler sans cesse. Durant ma jeunesse -les années 50-60- il était la vedette des ondes hertziennes la plus écoutée en Suisse romande. Il reste ineffaçable dans notre longue mais solide mémoire. Il n'est pas parti, il est seulement absent. A bientôt, Emile cher à nos coeurs.


Marek Mogilewicz
Merci Capitaine de m'avoir invité sur le pont de ton bateau. J'y ai trouvé les trois sœurs de la Vie : Amitié, Générosité et Beauté.Je me souviens, quand un jour, "quand dans ma vie il faisait froid", tu as fais allumer les milliers de bougies dans toutes les fenêtres de la Suisse. Nous chantions pour ma Pologne natale et les gens de là-bas se sont sentis un peu moins seuls dans leur malheur.Aujourd'hui, j'allume à ma fenêtre une bougie pour Toi.Mes pensées s'envolent vers Toi et vers tes proches.


Fernand Mauron
Bonjour,Sans doute le plus bel hommage lu dans la presse romande. Je vous le recommande.http://www.lagruyere.ch/fr/le-journal/la-derniere-edition/edito.html


Danielle Willi
Merci Emile pour tout le bonheur que tu as donné aux enfants et à leurs parents autour de la piscine de Valmont. Les fêtes du 1er août, en compagnie de "notre Syndic" nous laissent un souvenir merveilleux rempli de poésie et de bonheur. On ne t'oubliera jamais.Mes sincères condoléances à toute la famille


Jean-Luc Kissling
Emile Gardaz aura été un marqueur de temps à double titre. Il a marqué, et combien, ses auditeurs au temps de son intense présence sur les ondes. Pour moi, le timbre de sa voix est associé pour toujours à la poésie douce des lieux et des gens familiers. Il a marqué aussi le temps "technique", si on peut oser ce barbare qualificatif, temps de la radio, rythme du foyer paysan des années soixante, rituel des informations couplé à l'attente de "Mardi les gars", rite de l'odeur de fête des samedi où le repas de midi se prolongeait un peu pour ne pas rater M. Milliquet. Au choeur mixte, Gardaz, encore lui nous emmenait dans les chemins de la mer, appel à quitter la glèbe originelle. Son départ est un rappel de notre appartenance et de la reconnaissance de ce qui lui est dû.Avec toute notre sympathie à ses proches en ces jours où le bouton de la radio est sur off.


Didier Bregnard
C'est une bonne chose: le Paradis est devenu moins solennel. Juste la touche d'humanité qui manquait pour en faire un endroit vraiment fréquentable. Mais ici, tu vas commencer à nous manquer sérieusement, Emile.Françoise, Sophie et Jean-Christophe, mes plus chaleureux messages.Didier


Jean-François Chappuis
Au revoir à toi l'Emile de la gentillesse, de l'amitié, de la spiritualité, de la convivialité et de la modestie. C'était toujours agréable de côtoyer le reporter à l'arrivée du Trophée du Muveran, sur un terrain de foot, à la sortie d'un spectacle ou t'écouter sur les ondes de la RSR. Adieu l'ami !


Luc CHAPUIS
Un grand merci à Emile Gardaz pour toute la Poésie et la Vie qu'il a mise dans la mienne, par toutes les émissions de radio auxquelles il a participé, notamment le samedi, par le calendrier du CSP-Vaud qu'il a parsemé pendant de nombreuses années de textes sensibles et profondément humains qui ont donné une couleur au CSP pour lequel je travaillais. Merci à lui pour sa poésie à la fois "de chez nous" qui, comme Ramuz, nous rend fier d'être d'ici avec notre accent et nos travers, à la fois poésie universelle et amoureuse des gens, des petites gens.Emile Gardaz fait partie de la famille des humains qui apportent lumière, confiance et humour parmi nous. Il restera dans mon coeur.Merci


Suzy Gautschi
C'est un ami qui s'en va, sans lui ma vie aurait eu moins de petits bonheurs. Du fond du coeur, merci Emile. A vous, ses proches, toute ma sympathie. S. Gautschi


Gilberte Favre
J'ai connu Emile Gardaz à mon adolescence quelque part en Valais lors d'une émission radiophonique. Je n'oublierai pas le capitaine du «Bateau d'Emile» et de tant d'émissions. Il nous y avait accueillis – mon mari, Noureddine Zaza, «envolé» il y a bientôt vingt ans – et moi à de nombreuses reprises. Il aimait la Grèce et Kazantzaki. Il aimait le Soleil et la vie. Ce véritable humaniste, généreux et fraternel, avait le coeur et les yeux grand ouverts sur le monde. Il ne nous a pas quittés. Tous ceux que nous avons aimés restent (et resteront) éternellement avec nous.


danielle boraley
Emile, c'est un long compagnonnage à la RSR, de 1967 à hier, à Echallens. C'est le monde de la tendresse,le temps béni du service des Variétés,ou tout était possible. L'ancien bar - poumon de la maison où tout commençait et finissait,souvent très tard, a disparu, la table des menteurs et les menteurs aussi. les amis se sont dispersés, on s'est "rangé" comme on dit. Puis le rang des collègues et des amis a commencé à s'éclaircir. Il y a peu, on s'est croisé par hasard à Epalinges et pour la millième fois on a refait le monde. Ah j'ai revu untel et toi tu as des nouvelles de... Hier,le brouillard était sur la campagne, sur la ville et dans mon coeur. Danielle


Martine Thonney
Quels souvenirs merveilleux à la grande salle de Mézières dans les années 1980! Les chanteurs de l'Espérance attendaient avec impatience (!) la suite des textes de M. Gardaz qui, mis bout à bout , formaient la deuxième partie de nos soirées annuelles.Succès garantis grâce à la poésie, l'humour et l'amitié. On se souviendra toujours de ces moments-là et on en est encore reconnaissants. Mille mercis!


Alain Devallonné
Se souvenir de l'ami, du compagnon qui, si souvent, nous a enchantés, transportés sur des sentiers pleins de lumière. Avec les choeurs de Lucens et de Missy, nous avons cheminé en chansons. " Le monde d'Emile et une nuit" jaillit dans ma mémoire et j'en pleure d'émotions. Emile était de la partie et nous honorait de sa présence magique. A Missy, voici quelques années, plusieurs musiciens notaient la plume d'Emile: moments de rêveries, de louanges et de partage de nos vies éphémères. Merci, Emile, pour tous ces moments de bonheur partagé. A Françoise, Sophie, toute ma sympathie émue et reconnaissante; avec mes meilleurs messages. Alain


Charles Bourgeois
Cher Emile, Votre départ me laisse un vide immense. Vos émissions à la Radio ("Mardi les gars", entre autres), sans oublier vos nombreux textes et poèmes, ont enchanté mon adolescence. Votre modestie, votre chaleur humaine, votre talent ont été le terreau d'une belle amitié qui vous survivra. Merci pour tout ce que vous avez donné à tant d'amis qui vous pleurent aujourd'hui. Je suis de tout coeur avec votre famille. Charles


Pauline Tapernoux
Il y a bien longtemps j'avais eu la chance de venir aux "souris dansent"... Je n'oublierai pas la douceur de sa voix. Je pense beaucoup aux siens. Merci Monsieur.


Pierre ZAHNO
Il a neigé sur Montréal, le 19 décembre 2007, pendant que je commémorais mon discret marathon de 74 ans. Adieu l'ami. Que les anges te transportent au firmament des choristes et t'installent dans le fauteuil combien mérité de capitaine du vaisseau auquel je continue pour un temps de rêver, pour voguer éternellement sur un océan d'amour que côtoie la Mer de la Tendresse ! Puisse-tu y avoir été accueilli par le grandiose choeur des chérubins accompagné des mille séraphins qui n'auront pas manqué d'instruments pour ce rendez-vous. Je garde un souvenir ému et lumineux d'une bravoure qui aura été récompensée avant que tu ne tires une révérence à ta notoriété. "Ah ! comme la neige a neigé !" (Emile Nelligan,Montréal, 1903) Pierre, ton copain de Saint-Michel à Fribourg.


Sandro Della Casa
Dur,dur,mais c'était un homme tellement "Humain" Adieu...


Martial Pichonnaz
Camarade de jeunesse, j'ai partagé un éventail moins connu d'Emile le football, dont il était un excellent technicien ! Je regrette beaucoup son départ et prie sa famille d'accépter mes sincères condoléances.


Fredy Zinniker
Adieu Emile: Un bûcheron des Fêtes du blé et du pain 1998


Christian ROSSIER
Il y a quarante ans, j’allais à l’école le samedi matin. C’était ma fin de semaine que je n’étais pas triste de voir arriver enfin. Et ce jour-là était ponctué par un rite : « Demain dimanche ». Pour rien au monde, mon père, ancien camarade de chambrée d’Emile à St Michel, n’aurait raté son émission. Et des années durant c’était cette voix claire et précise qui me faisait entrer dans mon congé d’écolier puis de collégien. Plus tard, j’eu le plaisir de côtoyer Emile, Marcel, Daniel et les autres. Il reste aussi quelques images, fixées sur la pellicule durant « Le bateau d’Emile ». Mais la petite musique de « demain dimanche » me restera toujours et la voix et les rires. A Jean-Christophe, croisé à Béthusy il y a longtemps (!), à sa famille et à tous les amis, j’adresse ici, mes plus sincères condoléances.


François Berger
Emile Gardaz s'en est allé. Unanimement la presse a relevé les qualités de cet homme de radio, poète et écrivain. Des éloges peut-être en deçà de la vérité! Je voudrais ici raconter un instant de vie d'Emile témoignant de sa grande générosité. Au début des années septante, mes parents et moi-même prenions un café à l'Auberge de l'Abbaye de Montheron. Encore étudiant, j'étais l'un des responsables du mensuel de l'Église réformée vaudoise destiné aux adolescents et publié sous le nom de "2001 Revue romande de jeunes". Aussi, je m'approche d'une table voisine où Emile était attablé avec des amis. Avec quelque audace et surtout sans gêne, je lui demande s'il accepterait de collaborer à notre modeste journal. Et voici que pendant des années j'ai reçu chaque mois un long billet de la plume d'Emile. Bénévolement. Cet homme de cœur m'avait alors même mis en relation avec Marcel Imsand, qui m'offrit nombre de ses photographies pour illustrer la couverture du journal. Une ou deux fois par an, je montais au domicile lausannois d'Emile pour lui apporter quelque remerciement de la Rédaction, J'ai vécu là d'intenses moments de discussions et d'inoubliables "leçons" de vie. Depuis au fil des ans, l'occasion m'a été offerte de croiser les chemins d'Emile. Pour la dernière fois, cette année. Jamais l'homme n'a changé. Son cœur était toujours aussi noble et riche, et surtout empli d'humanité.


betrix jean-claude
Salut l'artiste , je me souviens de parties de foot avec le Beaumont sport ,et surtout l'après entrainement. de ta très grande disponibilité. Adieu Emile. Jean-Claude

print
 

À votre service

Annuaire professionnel

S'inscrire