En souvenir de ...

Un pionnier des soins palliatifs

Charles-Henri Rapin Charles-Henri RapinTSR

Le professeur genevois Charles-Henri Rapin est décédé brusquement le 10 juillet à l’âge de 61 ans dans le val d’Hérens. Durant toute sa carrière, menée en Suisse et à l’étranger, il s’est battu sans relâche pour changer le regard de la médecine et de la société sur les personnes âgées et la fin de vie.

«Pour moi, ce prix est la reconnaissance d’un engagement de plus de vingt ans pour un modèle humaniste de la médecine, pour une médecine de la personne plutôt qu’une médecine d’organe, pour un hôpital sans douleur et pour la dignité des mourants», avait déclaré Charles-Henri Rapin en recevant le prix 2002 du Forum d’Engelberg. Une profession de foi qui a guidé toute sa vie de praticien chaleureux et charismatique qui a suscité de nombreuses vocations en Suisse et dans le monde francophone.

Charles-Henri Rapin est pourtant devenu médecin presque par hasard. Né en 1947 à Genève, il passe toute son enfance à Carouge, son port d’attache où il était revenu vivre. Issu d’une famille d’origine fribourgeoise et très modeste, il confiera plus tard que son passage au collège Calvin, alors encore très élitaire, «c’était dur». A l’époque, il se destine à la théologie, mais une année ratée le décide à abandonner le collège. Il obtiendra finalement une maturité fédérale.

A l’université, il opte pour la médecine, mais sans enthousiasme particulier. Sa rencontre avec le professeur Jean-Pierre Junod, fondateur de la gériatrie à Genève, change tout ; il a trouvé sa voie.

Désormais, Charles-Henri Rapin s’engage sur tous les fronts : il bataille pour faire accepter le recours à la morphine pour soulager les douleurs des cancéreux et des mourants, introduit l’éthique clinique dans les soins, encourage la formation d’équipes multidisciplinaires, alerte sur la maltraitance. Attentif à la qualité de vie des personnes âgées, il encouragera les programmes de prévention par de nombreux ouvrages et conférences et soutient le maintien à domicile.

Expert de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), Charles-Henri Rapin a enseigné aux universités de Genève, Montréal et Québec et dispensé de nombreux cours dans celles de Lausanne, Lyon, Grenoble et Saint Etienne. A Genève, il sera médecin-chef du centre de soins continus (Cesco) de 1982 à 1993 et nommé professeur en soins palliatifs en 1994. En 2001, il avait été appelé à la tête du pôle « Vieillissement » du réseau académique franco-suisse CLUSE et, plus récemment à la direction académique de l’Institut Universitaire Kurt Bösch à Sion où il avait fondé l’unité «Ethique et fin de vie».

C’est d’ailleurs à la fin d’une soirée passée avec des étudiants de master de cet institut qu’il a succombé à une malaise cardiaque, le 10 juillet.

Charles-Henri Rapin est également à l’origine de nombreuses associations professionnelles, parmi lesquelles la Société suisse de Médecine et de Soins Palliatifs ou «Ensemble contre la douleur». Il avait aussi fondé « PROSCA », l’Association de soutien aux personnes touchées par le cancer de la prostate, une maladie dont il avait lui-même souffert.

Charles-André Rapin était un homme engagé au plein sens du terme. Dans sa jeunesse, il avait été un membre actif des Unions chrétiennes, puis avait rejoint les rangs des maoïstes et présidé le Comité Palestine. Il avait conservé une sensibilité extrême envers ceux que notre société ne ménage pas, parmi lesquelles les personnes âgées. Il dénonçait, par exemple, le fait que « souvent les droits humains diminuent avec l’âge ». Et s’il était un orateur très apprécié des professionnels dans le monde entier, il répondait toujours présent quand des aînés le sollicitaient pour des conférences ou des conseils.

Anne Kauffmann


 

Charles-Henri Rapin

Avis de décès

printpdf

Tribune de Genève le 12 juillet 2008

printpdf

Tribune de Genève le 12 juillet 2008

printpdf

Tribune de Genève le 12 juillet 2008

printpdf

Tribune de Genève le 12 juillet 2008

printpdf

Tribune de Genève le 12 juillet 2008

L a d i r e c t i o n m d i c a l e e t l e C o l l g e d e s m d e c i n s c h e f s d e s e r v i c e o n t l e p r o f o n d r e g r e t d e f a i r e p a r t d u d c s d u P r o f e s s e u r C h a r l e s - H e n r i R A P I N l e u r c h e r c o l l g u e e t a m i , a n c i e n m d e c i n c h e f d e s e r v i c e d e l a p o l i c l i n i q u e d e g r i a t r i e . P r o f e s s e u r P i e r r e D a y e r , d i r e c t e u r m d i c a l d e s H U G , p r s i d e n t d u C o l l g e d e s c h e f s d e s e r v i c e . 0 1 8 - 5 6 1 0 5 3

printpdf

Tribune de Genève le 14 juillet 2008

printpdf

Tribune de Genève le 14 juillet 2008

printpdf

Tribune de Genève le 14 juillet 2008

printpdf

Tribune de Genève le 14 juillet 2008

printpdf

Tribune de Genève le 14 juillet 2008

printpdf

Tribune de Genève le 14 juillet 2008

printpdf

Tribune de Genève le 14 juillet 2008

printpdf

Tribune de Genève le 14 juillet 2008

printpdf

Tribune de Genève le 14 juillet 2008

printpdf

Tribune de Genève le 15 juillet 2008

printpdf

Tribune de Genève le 15 juillet 2008

printpdf

Tribune de Genève le 15 juillet 2008

printpdf

Tribune de Genève le 15 juillet 2008

printpdf

Tribune de Genève le 15 juillet 2008

printpdf

Tribune de Genève le 15 juillet 2008

printpdf

Tribune de Genève le 15 juillet 2008

printpdf

Tribune de Genève le 15 juillet 2008

printpdf

Tribune de Genève le 15 juillet 2008

printpdf

Tribune de Genève le 15 juillet 2008

printpdf

Tribune de Genève le 15 juillet 2008

printpdf

Tribune de Genève le 15 juillet 2008

L e D p a r t e m e n t m u n i c i p a l d e l a c o h s i o n s o c i a l e a l e p r o f o n d r e g r e t d e v o u s f a i r e p a r t d u d c s d e C h a r l e s - H e n r i R A P I N s u r v e n u l e 1 0 j u i l l e t 2 0 0 8 . S o n e n g a g e m e n t s a n s f a i l l e e n f a v e u r d e s a n s , s o n r l e i n n o v a t e u r d a n s l e d o m a i n e d e l a g r i a t r i e , s a g n r o s i t e t s o n h u m a n i t o n t m a r q u l e s o c i a l G e n v e . N o u s a d r e s s o n s s a f a m i l l e e t s e s a m i s n o t r e p r o f o n d e s y m p a t h i e . M a n u e l T o r n a r e , m a i r e d e G e n v e

printpdf

Tribune de Genève le 15 juillet 2008

printpdf

Tribune de Genève le 15 juillet 2008

L e s c o l l a b o r a t e u r s d u C E S C O o n t l a t r i s t e s s e d e f a i r e p a r t d u d c s d u P r o f e s s e u r C h a r l e s - H e n r i R A P I N p i o n n i e r d e s s o i n s p a l l i a t i f s . L e u r a n c i e n p a t r o n , c o l l g u e e t a m i . I l s e x p r i m e n t s a f a m i l l e e t s e s p r o c h e s l e u r p r o f o n d e s y m p a t h i e .

printpdf

Tribune de Genève le 15 juillet 2008

printpdf

24 Heures le 17 juillet 2008

ARPEGE ASSOCIA TION POUR LA RECHERCHE ET LA PROMOTION EN T ABLISSEMENTS GRONTOPSYCHIA TRIQUES a la tristesse de faire part du dcs du Professeur Charles-Henri R APIN Elle rend hommage cette personnalit qui a tant donn pour le dveloppement de la griatrie, des soins palliatifs et avec qui nous avons collabor p o u r l e p r o j e t « M a n g e r - M a i n s » . Sa lumir e c on tinuer a clair er no tr e r out e .

printpdf

Tribune de Genève le 24 juillet 2008

printpdf

Tribune de Genève le 11 juillet 2009

TG Souvenirs Rapin Charles-Henri C h a r l e s - H e n r i R A P I N L e s t i e n s I N M E M O R I A M 2 0 0 8 ? 1 0 j u i l l e t ? 2 0 0 9

printpdf

Tribune de Genève le 10 juillet 2013

TG Souvenirs Rapin Charles-Henri SOUVENIR Charles-Henri RAPIN 2008 ? 1 0 juillet ? 2013 Cinq ans que nos c?urs saignent. Tu nous manques. Tes enfants, ta maman, ton frère, tes amies

printpdf

Tribune de Genève le 10 juillet 2018

TG Souvenirs Rapin Charles-Henri SOUVENIR Charles-Henri RAPIN 2008 226 10 juillet \226 2018) Tj/F0 9 Tf-23.88 -12.34 Td(D351j\340 10 ans que tu es parti, depuis ) Tj( tu vis pour toujours dans nos c234urs.) TjETq0 0 m153.0709991 0 l153.0709991 96.3779984 l0 96.3779984 lhWnBT.9599999 0 0 1 67.544899 18.1858997 Tm/F2 9 Tf(Ta maman, tes enfants, ta famille et tes amis

Voir toutes les célébrités
Ecrire une condoléance

André Hurst
Quiconque aura rencontré Charles-Henri Rapin ne l'oubliera pas. Humanité souriante et joviale, compétence au service d'autrui, esprit entreprenant et ouvert, la liste des qualités est longue. Nous serons nombreux à regretter de ne plus recevoir ses courriels, marques d'un esprit qui faisait honneur à sa profession. Notre vive sympathie s'adresse à tous les siens.


Annie De Vivie
Rencontrés l'an dernier au Québec, à nouveau à Paris en juin dernier pour de nouvelles collaborations autour des approches non-médicamenteuses de la maladie d'Alzheimer, les mots me manquent pour saluer l'engagement, le dynamisme, le charisme du Pr Rapin auprès des soignants toujours enthousiastes à l'écouter. Toutes mes condoléances, celles d'Agevillage, des époux Gineste-Marescotti et du réseau des formateurs. Toutes mes pensées à ses proches et notamment à sa femme Matyne Isabelle. Annie de Vivie


Alain et Catherine kissel
Nous offrons à sa famille toutes nos condoléances. Nous aimions beaucoup Charles Henri et son enthousiasme, son imagination. Il va aussi beaucoup manquer dans le paysage géronto-gériatrique. Catherine et Alain


Francoise et Gilbert Gaudin
Nous présentons nos plus sincères condoléances à sa MAMAN dont il nous parlait souvent et à toute sa famille. C’est avec un immense chagrin et une grande tristesse, que nous avons appris le décès de Charles-Henri RAPIN. • Il était le guide de nos montées vers le grand-âge. • Un père qui savait nous comprendre et nous aider par ses conseils afin de mieux réussir nôtre fin de vie. • Un phare qui nous éclairait sur une mer déchaînée d’incompréhensions, face au déferlement d’agressions dues à une avancée dans les bateaux qui naviguent vers la vieillesse. Charles-Henri Rapin, nous n’oublierons pas ta bonne humeur, ton humour, ton esprit jovial et la gaieté que tu as si bien su nous apporter, lors de tes conférences à la Cité Senior, ainsi qu’au salon du 3ème âge à Plainpalais. Je te vois même encore danser en fin de soirée. Avec une grande émotion et des larmes, j’apprends que tu nous as quittés. Charles-Henri, merci pour tous, tu nous quittes trop tôt, nous espérions encore te rencontrer en automne. Nous avions encore énormément besoin de Toi. Tu devais vivre, la mort t’a injustement frappée trop tôt. Pourquoi ? Nous ne t’oublierons jamais, mon mari et moi-même. Françoise Gaudin


Louis Plamondon
à Marie Lou, Cecile et Raphael Rapin Message de compassion du Québec! Je suis boulveersé par cette nouvelle terrible... Je perds mon ami suisse qui m'a ouvert la porte d'amis de Suisse et d'Europe qui sont aujourd'hui au coeur de ma vie affective et intellectuelle. Nous avons partagé pendant 10 ans tant d'aventures et de créativité pour promouvoir le vieillir en liberté ! Charles-Henri restera dans la mémoire de milliers de gens du Canada et de l'Europe comme un grand pèlerin du vieillir dans la dignité et le plaisir de vivre. On regrettera de ne pas le voir vieillir avec nous! Affectueusement Louis et sa famille du Québec


Nicolas Pictet
Rencontré en 1987 à Montréal à l'occasion d'un congrès international de soins palliatifs, ce Carougeois vaudois, au coeur reçu à la taille du monde pour l'aider ou pour s'en fâcher, me laisse une trace de profonde reconnaissance. Son intelligence, son bon sens, son amitié bourrue et ses engagements, nous restent.<br>A Dieu, merci pour lui.<br>A sa famille, notre amitié émue.<br>Nicolas et Catherine Pictet


Patrick Beetschen
Merci, Charles-Henri pour tes apports, ton amitié, ton engagement. Aux tiens, à Martyne Isabel, de fortes pensées.


Heidi Huissoud
Le décès subit du Professeur Charles-Henri RAPIN me touche profondément. J’avais fait sa connaissance en 1994, lorsqu’il avait généreusement répondu à l’invitation de la jeune Association « APAF », nous permettant ainsi de nous présenter devant une salle comble. Depuis, j’ai toujours pu compter sur son soutien efficace et chaleureux et je lui en resterai sincèrement reconnaissante. Aujourd’hui, mes pensées émues vont à sa Maman, rencontrée lors de nombreuses conférences et manifestions organisées par son fils, dont elle avait raison d’être fière. Je lui adresse mes sentiments de profonde sympathie.Heidi Huissoud


Claude (F) Mme Barras Paris
Tavailler avec Charles-Henri Rapin, au CESCO à Collonges-Bellerive, est l'un de mes meilleurs souvenirs de ma profession d'infirmière. Dès 1981, grâce à lui, les équipes de soins ont appris à gérer ces antalgiques dits "majeurs" qui permettent aux grands malades de continuer leur chemin de vie avec une douleur apprivoisée et même dominée. Charles-Henri nous a simplement appris les soins palliatifs et leurs dimensions soignantes. Pouvoir aider, permettre à ces malades, le plus souvent cancéreux, de garder une autonomie de vie, de profiter des derniers mois qu'il reste parfois à vivre grâce à une douleur maitrisée, accompagner enfin, lorsque la mort semble inéluctable, partager encore, écouter ces malades qui ont trouvé une certaine sérénité , tout cela procure la conviction d'avoir établi une relation authentique. Ceci n'est possible que grâce à l'adhésion de toute l'équipe aux principes des soins palliatifs.Le Docteur Charles-Henri Rappin, en Valais, a formé à l'Institut Kurt Boesch(IUKB)plus d'un-e soignant-e suisse et étranger-e à cette conception des soins. Il aura jusqu'au bout argumenté et démontré l'intéret des services de soins palliatifs dans les cantons. Le Dr Rapin était ce médecin généreux,simple, rassembleur, apaisant, toujours à l'écoute de l'autre et tellement riche d'humour avec qui chacun-e voulait travailler. Il était le grand médecin. Il manquera aux équipes de soins mais son enseignement demeurera. Mme Claude Barras Paris/Sion


Nathalie Parent
Charles, le souvenir que j'ai de toi, il est dans le soleil qui brillait lors de ton mariage avec Martyne-Isabelle quand celle-ci fit s'envoler la colombe au-dessus des eaux du Richelieu et il est dans ma cour lorsque tu m'as fait le plaisir d'être là pour fêter mes 40 ans. Mes sincères condoléances à Martyne-Isabelle Forest, son épouse et femme de coeur et de tête.Nathalie


Myriam Thomas-Trachsel
A vous tous qui avez perdu un fils, un frère, un compagnon, un parent, un ami je voudrais vous témoigner toute ma sympathie. Charles-Henri a été un copain " du Cercle" pendant mon adolescence à Carouge. Nous nous sommes retrouvés grâce aux hasards de la vie aux HUG où je travaille encore. Je peux vous dire que ce lundi pluvieux a caché beaucoup de larmes autour de moi et que son engagement et son rayonnement resteront vivants dans le coeur de chacun. A toi Hubert je t'adresse particulièrement mes plus profonds encouragements pour traverser cette épreuve et soutenir ta maman. Bien amicalement Myriam


Gaby Grosjean
J'ai une pensée émue pour toute sa famille. Le Prof Rapin a été sur mon chemin d'infirmière lorsque je travaillais en EMS. Il m'a soutenue et aidée à ne pas accepter la maltraitance des personnes âgées dans les EMS.Je lui en suis infiniment reconnaissante. Avec lui l'humanité a fait un pas de plus.Le Prof Rapin avait à coeur de promouvoir le respect et la dignité de tout homme et de de toute femme jusqu'au bout de la vie. Merci d'avoir été à l'écoute, d'avoir écouté les soignants en souffrance. Le ciel pleure aujourd'hui comme beaucoup d'entre nous.


Jean-Michel Reinert
Charles-Henri, que c'est triste que tu t'en ailles, tu laisses un vide immense ! Merci de ton amitié, de ta chaleureuse générosité, de ton invitation à enseigner au CEFEC, de l'appui laissé à Cabinet de la Vie, organisme social. Merci de la trace d’exception et d’excellence pionnière que tu laisses derrière toi. Mes vœux chaleureusement respectueux à ta famille, Jean-Michel


Alexandre Martin
Tu es parti sans nous prévenir ! Tous ces amis, tous ces témoignages sur toi, sur ce que tu as fait: les soins palliatifs et tout le boulot avec cette équipe du Cesco puis dans la communauté, la lutte contre les douleurs et le droit d’être soulagé et les droits des personne âgées (a-t-on vraiment les mêmes droits à 90 ans qu’à 45 ans ?), la vie et la mort dans les EMS, les directives anticipées, les problèmes d’alimentation dans le grand âge, l’éthique clinique, etc. Finalement c’était ton boulot, tu l’as fait et bien fait c’est ce qu’on attendait de toi. Bon, les comptes étaient plutôt dans le rouge que dans le vert, mais le but de tout cela ce n’était pas de gagner de l’argent (pour cela il y avait les banques…). Nombreux sont ceux qui t’ont reconnu et te reconnaissent comme leader, un chef, un vrai, un capitaine qui ne disparaît pas au premier coup de tabac et que l’on trouvait toujours sur le pont en cas de tempête. Maintenant, il y a tout ceux à qui tu as tendu la main: ces infirmiers dont plus aucun service ne voulait et que tu engageais, ces médecins aux trajectoires exotiques (parfois juste bon à leur arrivée à nous préparer un mauvais thé disais-tu) et que tu engageais, ces travailleurs sociaux qui avaient épuisé leurs employeurs précédents pour des raisons mystérieuses et que tu engageais quand même et tous les autres. Tous ces blessés-de-la-vie, ces déracinés, ces bras-cassés, ces boiteux pour ne pas dire autre chose tu leur donnais une chance quand tous les autres claquaient leur porte. Bien sûr il y en avait d’autres aux reins solides qui ont été et sont toujours à tes cotés sans défaillir se moquant des médisances, des rumeurs et des sarcasmes des médiocres et des jaloux. Charles-Henri tu es pour longtemps dans nos cœurs. Demain je ne pourrai pas être là, mais pour ton humanité, pour tout ceux que tu as aidés et qui ne t’ont jamais remercié, pour tout ce que tu as fait, pour ce que tu as été et resteras, je t’embrasse une dernière fois.


enseignant-e-s d'université Association suisse des
Nous sommes profondément touchés part la mort de notre collègue et ami qui avec son engagement et son esprit nous manquera beaucoup au comité auquel il s'est joint il n'y a peine un an. Il nous reste à nous joindre au deuil de sa famille et de ses nombreux amis. Pour le comité directeur Gernot Kostorz Secrétaire générale


Jean-Pierre Baeyens
En ma qualité de Président pour la Région Européenne de l'Association Internationale de Gérontologie et de Gériatrie je présente mes sincères condoléances à la famille et les collègues gériatres suisses à l'occasion du décès du Prof. Rapin. Les mérites du Prof. Rapin pour la gériatrie, le bien-être de nos aînés et son combat historique contre la douleur sont immenses et historiques. Puissent les générations futures de gériatres suivre cet exemple de dévouement et d'oubli de soi.


Conseil pour la protection des malades
Chère Martyne-Isabel, C'est avec une grande peine que les membres du conseil d'administration et l'équipe du Conseil pour la protection des malades ont appris le décès de votre époux, le Professeur Charles-Henri Rapin Nous vous présentons, ainsi quà toute la famille lourdement éprouvée, nos sincères condoléances. Souad Zahzouhi Pour Le Conseil pour la protection des malades (CPM) Montréal, Québec


Françoise Porchet
Charles-Henri. Je suis sans voix, la nouvelle de ta mort si soudaine me peine et je pense à tes proches, qui restent sur la rive sans avoir pu se préparer à ces moments si durs de séparation. Je leur souhaite plein de courage sur ce chemin difficile. Et à toi, du fond du cœur, je dis un grand MERCI. Séminaires d’éthique clinique, formation de master à IKB, rencontres nationales et internationales, organisation du congrès de l’EAPC à Genève en 1999… tant d’occasions d’apprendre à tes côtés. Merci d’avoir ouvert tous ces chantiers d’humanisme, de respect de l’autre, de lutte contre la douleur, d’attention aux plus marginaux et défavorisés. Merci pour ton exemple inoubliable et à nous maintenant de reprendre le flambeau. Merci Charles-Henri. Françoise Porchet, infirmière enseignante


Brigitte Audeoud
Le Pr Rapin nous a donné un espace pour penser la violence à Genève. Grâce à lui, grâce au Pr Plamandon, grâce au Dr Halpérin, et si bien sûr nous le voulons vraiment, nous pouvons dénoncer les maltraitances faites à nos aînés et donc à nous-mêmes. j'aimerais que son héritage soit porté par une nouvelle génération. Le Dr Rapin m'a aussi donné le courage d'écrire sur ce site. Merci Professeur... Brigitte Audeoud Ancienne coordinatrice dans les professions du social et de la santé à Genève Etudiante à l'Université de Provence, Aix-Marseille 1


Nelly GANTZER
IDE formée en 1986 déjà par le professeur Charles Henri RAPIN au CESCO - directeur d'un établissement pour personnes âgées en 1990 le combat a été rude pour faire admettre aux médecins ignorants et réfractaires à la morphine que l'on pouvait soulager sans tuer - le soutien indéfectible du professeur RAPIN me permet de tenir et de lutter encore depuis 13 années contre la cabale montée par trois médecins cabale qui a permis à mon encotre de lourde condamnations - Le professeur RAPIN ne m'a jamais lâché la main, où qu'il soit, j'avais chaque semaine un message sur mon portable - portable que j'ai du mal à toucher à regarder tant il me dit son absence - comme vous l'avez écrit il est impossible d'oublier un homme vrai intelligent courageux il m'a donné tant - sa mort me déchire - Je m'appuyais tant sur lui pour espérer ma réhabilitation - que nous avions déjà un peu prévu de fêter - Je le savais malade, mais il m'était impossible de penser, d'imaginer qu'il pouvait mourir - Que Dieu veille sur tous ceux qui l'ont aimé, et il y en a beaucoup quelle perte pour les malades, pour la médecine du coeur la médecine de l'âme et pour la compétence avec des majuscules.


Jean-Pierre Beauchemin
Il est bien triste de voir partir un géant de la trempe de Charles-Henri Rapin! Il a toujours su accueillir les Québécois de passage à Genève dans leur quête des enseignements pour les meilleurs soins possibles en fin de vie. Merci! Jean Pierre Beauchemin, gériatre à Québec


david wollner
It is with profound sadness that I recognize the death of a great person, physician, husband, father and friend. I express deepest sympathies to Martyne-Isabel, Raphael, Cecile and Alexandre on my behalf and my colleagues in New York City.


Jean-Marie Carron
Son enthousiasme communicatif, sa vision d'une médecine humaniste, généreuse,chaleureuse et respecteuse de chacun, particulièrement des personnes âgées, son opiniâtreté à faire passer ses messages auront suscité tant de vocations et d'engagement. En tant que directeur d'EMS aujourd'hui, je lui dois beaucoup! Merci à lui!


Pascal Pozzi
Encore un obscur élève de Charles Henri Rapin, je lui dois ma vocation. Chaque rencontre était une étincelle d'espoir. Monsieur Rapin, vous allez me manquer.Heureusement vous avez laissé de nombreux écrits qui seront pour beaucoup des guides. Je m'associe inconsciemment à la tristesse ambiante.


celine grenier
Merci Mr Rapin...tout simplement merci pour votre humanité. Le plus bel hommage que l'on puisse vous rendre est de continuer à exercer notre profession dans un profond respect de l'autre. Celine/infirmière HUG


Geneviève PETRUZZI-JOMA
Je présente mes condoléances à la famille de professeur CHARLES- HENRI RAPPIN que j'ai eu l'occasion de connaître et rencontrer durant ma vie professionnelle et qui m'a permis d'avoir Ce regard auprès des personnes qui souffrent et des personnes âgées.Geneviève Petruzzi-Joma infirmière Val Fleuri.


Maya Olmari-Ebbing
Cher Charles-Henri, tu es parti, beaucoup trop tôt. C’est une immense perte pour ta famille, mais aussi pour le monde médical. Tu nous as enseigné ta générosité, ton extraordinaire énergie du cœur pour notre pratique quotidienne auprès des malades. Pionnier le plus souvent, tu as été un formidable promoteur d’une médecine plus humaine, plus respectueuse, plus juste. Contre vents et marées, contre une pratique médicale technocrate et obtuse, inlassablement, tu t’es engagé avec beaucoup d’imagination pour le respect des patients en éclairant la voie à tes collaborateurs et collègues à travers le monde. Je garde de mes années de travail hautes en couleurs sous ta direction un souvenir indélébile. MERCI à toi pour tout ce que tu nous as offert.


Emmanuelle LAFORET
Mr Rapin, votre enthousiasme et votre engagement moral resteront associés, dans ma mémoire, à l'homme attachant que vous étiez. Vous manquerez à tout le monde. Mes pensées accompagnent votre famille, et notamment Martyne-Isabel.


Olivier Dufour
Charles-Henri, ça fait longtemps que l'on a commencé à se croiser, se côtoyer ! L’engagement politique pour aider ceux que notre société laisse au bord de la route, se battre toujours contre le déséquilibre social. Charles-Henri motard à l’époque, rocker. Puis un jour, en stage de 5è année de médecine, la découverte de sa faculté étonnante à entrer en contact, en relation avec la personne qui souffre. Un autre moment de cet engagement reste fortement gravé dans ma mémoire, la soirée avec les amis de Bir Zeit dans la grande maison de Conches. Nos choix professionnels ont fait ensuite que l'on s'est régulièrement revu. Aujourd’hui, je retiens la trace nette d’une forte conviction, la trace d’une éthique fondamentale de la personne comprenant, notamment, ce droit imprescriptible à l’insoumission dont parlait il y a longtemps, Jacques Maury, alors président de la CIMADE. Lors de notre dernier échange, début juillet, nous avions décidé de manger ensemble cet été… je le ferai alors avec des gens qui aussi se battent pour le respect constant de l’autre, qui vivent cette éthique dont il était porteur. A sa mère, à son frère, à Carole et aux enfants, mes messages de sympathie et d’amitié. Olivier


Marta Bavaud-Guimaraes
Très touchée par le départ soudain et prématuré du professeur Rapin, à qui j'ai eu l'honneur de connaître, admirer et participer aux nombreuses conférences pleines de savoir et simplicité de transmissions adaptées aàun public divers; je présente toutes mes condoléances a sa maman, à toute sa famille et à ses amis .


Sarah Trudeau
Je voudrais témoigner toute ma sympathie pour toi chère Martyne-Isabel en ce moment de grande perte. L'âme est eternelle. Sarah


François Fleury
Je suis peiné d'apprendre le décès de votre mari. Même si je n'ai pas eu le plaisir de le connaître, les témoignages que votre famille a reçus, suite à son décès, me démontrent, que votre mari, fut tout au long de sa vie, un promoteur et un défenseur des droits et libertés, particulièrement, pour les aînés de tous les pays. Son départ laissera un grand vide dans la communauté mondiale du 3e âge. Mes plus sincères condoléances à vous et à toute votre famille. François Fleury Membre du conseil d'administration du Conseil pour la Protection des Malades (CPM) Québec, Canada


Heidi Blumhuber
La nouvelle de la mort soudaine de Charles Henri nous a choqués. Pour nous il représente le début des Soins Palliatifs et de la « EAPC » (Association Européenne pour les Soins Palliatifs). Il en était l’âme et le moteur, encore aujourd’hui que l’association est grandi beaucoup l’ambiance familiale qu’il a donné a ses débuts est restée. Il savait travailler pour porter le meilleur soin possible à ceux qui en ont besoin, changer les attitudes sans trop de bruit, améliorer l’éducation professionnelle petit à petit, influencer la politique et le gouvernement, sans jamais trop se mettre en premier plan. Un exemple pour nous tous, qui avions eu la chance de travailler ensemble avec lui. Quand il a quitté le comité directeur pour se dédier plus a la gériatrie et aux projets qu’il a toujours créés avec son génie et sa fantaisie et son esprit innovateur, il nous a manqué, et il nous manque maintenant. Nos condoléances a sa famille et ses proches. Franco De Conno et Heidi Blumhuber


Xavier Gómez-batiste
Pas seulement un des pioniniers des soins palliatifs en geriatrie, qui a enseigné beaucoup de nous, mais aussi un personage compromis avec les malades, la societé, et la lutte pour les droits. Pour nous, aussi un grand ami, avec qui on a eu beaucoup de grands moments. On l'aurà toujours très present dans nos coeurs, Xavier, Nuria, Pau et Clara de Barcelone.


Sylvie Poirier
Mes plus sincères condoléances à Martyne-Isabel et toute la famille du Professeur Rapin. Mes pensées sont avec vous en ces moments difficiles. Sylvie Poirier


Anyela Vergara
Toute l'équipe de l'Association des familles soutien des aînés de Saint-Hubert (AFSAS)offre à Madame Martyne-Isabel Forest ainsi qu'à la famille de Monsieur Charles-Henri Rapin nos plus sincères condoléances et soyez assurés que nos pensées vous accompagnent dans cette épreuve. Québec, Canada.


Marilène FILBET
Charles Henri a été un très grand soutien personnel pour le développement des soins palliatifs dans la région Rhône- Alpes et en particulier à Lyon.Il nous a aidés à commencer en 1987 puis à progresser. Son enthousiasme sans faille , son militantisme provocateur va manquer aux soins palliatifs et à la gériatrie.Comment oublier ses sonores "ciao bella!" Comment oublier ce que nouste devons tous.Toutes mes pensées vont à tes proches.


Christiane Lavigne
C'était un très très grand Monsieur. Il va beaucoup nous manquer, nous avions encore bien besoin de lui, nous les aînés et beaucoup d'autres. Mes condoléances


Monique Baechler
Charles Henri,<br>J'ai eu la chance de te connaître ces dernières années grâce à la formation de Kurt Böech.Tu m'as beaucoup apporté, tu m'as éclairé sur cette route difficile de la vie, tu m'as donné le courage de continuer. Mon mémoire sur les Requiem t'a marqué, tu en parlé souvent et avant la présentation tu m'as dis :"J'ai eu beaucoup de plaisir de lire ton travail". Tu avais prévu que je le présente à Genève cet automne, il n'en sera pas, mais je sais aujourd'hui que je vais me battre pour le publier, ceci en ton hommage. Lors de la cérémonie d'adieu, un des étudiants de la semaine m'a dit" Il a parlé de toi durant la semaine en citant les Requiems", et cela m'a beaucoup touché. Alors Charles-Henri je sais aujourd'hui que tu as rejoint cette lumière éternelle que chante l'introït de la messe de Requiem, cette lumière que tu n'as cessé de cherché a travers le dévouement pour les plus pauvres, les plus démunis. Alors sois heureux, serein et ne nous oublie pas.<br>A vous chère famille, je vous dis merci du fond du coeur de nous avoir partagé avec nous Charles-Henri et merci pour cette belle cérémonie d'adieu. Elle était chaleureuse, intime et pleine de tendresse. Que la lumière qui entoure Charles Henri vienne vous apporter réconfort et soulagement durant les jours qui vont suivre. Avec toute mon affection. Monique Baechler


Ruth Dreifuss
Grâce à l'engagement infatigable de Charles-Henri Rapin, la qualité de vie de nombreuses personnes âgées a été améliorée. Il aura non seulement prêté l'attention à leurs besoins essentiels et à leur craintes, mais il les aura placées au coeur de la gériatrie moderne. Je lui en suis profondément reconnaissante.


Sylvain Bernier
Chère Martyne-Isabel, je désire t'exprimer mes voeux sincères de sympathie. Bien que plus absent au cours des derniers mois, je pense souvent à vous, membres du c.a. du CPM. Mes pensées et prières t'accompagnent. Sylvain


Ignace Olazabal
Charles-Henri nous a quittés, en partant debout, comme il le souhaitait. La nouvelle de son décès m'a profondément ému et attristé. Je tiens à témoigner, en mon nom et en celui des miens, ma profonde admiration pour la personne, le professionnel et l'éthicien que fut Charles-Henri Rapin, excellent ami qui nous manquera très certainement. Je tiens à offrir nos condoléances à tous les membres de sa famille. Avec mes condoléances les plus sincères, Ignace Olazabal


Marie Periat
Je pense tous les jours. Mme Marie-Louise Rapin-Rimaz. Mon coeur... Merci Charles-Henri et la famille. Marie Périat-Fassiaux


Conseil d'administration de la Régie de l'assurance maladie du Québec
Chère Me Forest, Je me fais le porte-parole de vos collègues du conseil d'administration de la Régie de l'assurance maladie du Québec pour vous exprimer nos voeux de sympathie à la suite du décès de votre époux. Nous vous présentons, ainsi qu'à toute la famille de M. Rapin, nos sincères condoléances. Le président du conseil d'administration, Michel Lamontagne


michèle michèle pommier
J'ai eu le privilège et le plaisir de rencontrer ce grand humaniste lors du colloque en juin 2008 sur l'approche non médicamenteuse de la maladie d'Alzheimer où il intervenait sur la nutrition des personnes atteintes de cette maladie. Bien que le sujet soit on ne peut plus sérieux, il en a parlé avec un immense humour et beaucoup d'amour. Nous avons parlé en pause pendant le colloque de l'importance des connaissances mais aussi de moto et de jardin. Il était passionnant,simple et attachant. J'aurais aimé qu'il vive...


Renée Gendre
Au nom de la famille Gendre-Rimaz, nous te serons toujours reconnaissants, très cher Charles-Henri pour ce que tu as fait pour notre papa Fernand lors qu'il était au Cesco en fin de vie en 1996, merci pour ton aide également lorsque notre maman Gilberte née Rimaz était très malade et des conseils que tu nous a apportés, cela nous a bien réconfortés;(tu te souviendras certainement de là haut lorsque tu venais à la boulangerie manger les mille-feuilles dont tu raffolait). Tu es parti trop tôt, la vie est parfois trop injuste; beaucoup de gens auraient encore besoin de tes conseils, de ton humanité, de ta bonté. A ta maman Marie-Louise, ta compagne,tes enfants, ton frère Hubert, au nom de ma famille, je leur présente toute notre sympathie et nous sommes de tout coeur avec eux. Renée Gendre et famile (fille de Gilberte née Rimaz).


Paule Forest
Ciao Toutounette, ça, c'est un sacré coup!!! Je n'est qu'une parole "désolée" comme vous tous, TOI, notre famille, la sienne & tous ses amis. J'espère que notre Charles-Henri "confortable" comme je le surnomme répondra sous peu à mes nombreuses demandes sur la vie après la vie. Je lui veux beaucoup de bien et il le sait. Je t'aime Martyne-Isabel... pour toujours "Mia" comme Charles t'interpelle chaque fois qu'il veut ton attention. Ta soeur à toi. (Un tendre salut à tous de l'Italie que Charles aime tant.)


Brigitte Des Rosiers
Cher Charles-Henri. Tu es parti sans prévenir et je m'en désole. J'aurai toujours en mémoire nos conversations intenses, épiques même, sur le monde sur les rapports sociaux et économiques qui te consternaient car plongeant tant de gens dans cette catégorie que tu t'es attelé à défendre et à protéger, celle des personnes vulnérables. Tous ces échanges avec ton épouse Martyne-Isabelle, fidèle et brillante collaboratrice : mon amie. À vous deux vous aurez fait bouger les consciences, la mienne assurément. J'offre toutes mes sympathies à la famille de Charles-Henri, à ses enfants, à son épouse Martyne-Isabelle et son fils Alexandre ainsi qu'à tous ceux pour qui il a compté.


Maria Casares
Mon Cher Charles-Henri, tu nous as quittés et mon cœur saigne de n'avoir pu te dire combien tu comptais pour moi et combien ton engagement envers les autres et particulièrement les personnes âgées, tes enseignements rigoureux, tes combats, ta générosité, ton sourire, ta tendresse, le respect que tu as toujours témoigné aux personnes âgées, malades et que plus personne ne veut approcher, ne pourront jamais être remplacés. Car tu es unique par ton charisme et ta douceur. Tu as passé des périodes douloureuses, j'étais à tes côtés et j'espère les avoir un peu soulagées. Aujourd'hui ma douleur tu ne pourra l'atténuer. Mais qui sait - tu disais être un chaman et tu sais bien qu'il ne meurt jamais - tu mettras du baume dans mon cœur. Pour toujours dans mon cœur.


Claude Fusco
Je viens d'apprendre le décès de Charles Henri et je vous serais reconnaissante de faire parvenir à sa famille l'expression de mes condoléances très sincères. Je suis extrêmement affligée par cette nouvelle car il a signifié pour moi, avec sa gaité, son optimisme, son dynamisme, son manque de calcul un homme très bon et particulier. Il m'a fait l'honneur de gérer une table ronde sur le Bénévolat lors du 6° Congrès EAPC de Genève et je me suis retrouvée tremblante de peur et d'émotion devant plus de mille personnes. Je n'oublierai jamais ce geste de confiance ainsi que je n'oublierai jamais ce cher ami perdu de vue depuis bien longtemps mais qui sera toujours présent dans mon souvenir. Claude Fusco Karmann Lega Italiana per la Lotta contro i Tumori Via Venezian, 1 20133 Milano - Italia www.legatumori.mi.it c.fusco@legatumori.mi.it 02/26681070 Fax 02/70601230


Didier Buffet
J'ai connu Rapin en 2003 lors d'une réunion du Club Francophone Gériatrie et Nutrition à Valence. Je l'avais eu au téléphone plusieurs fois avant. J'avais créé en 1999 le site Nutrisenior (http//www.nutrisenior.fr). Nous nous sommes revus plusieurs fois à Genève puis à l'hôpital de LOEX. Je l'avais fait intégrer un Board d'Oncogériatrie dans le laboratoire où je travaillais, il avait fait l'unanimité. Il a toujours répondu présent quand j'avais besoin de lui, je le considère comme mon maitre. Il était génial, il a épaté tout le monde avec son étude des frigos à Genève, c'était un pragmatique, il avait le sens de la formule, il a inventé le mot de "splash" pour parler des horribles bouillies que l'on servait au vieux et que l'on sert encore dans certaines maison de retraite en France. Il avait inventé le Gerostar, une eau légèrement salée qu'il donnait aux personnes âgée en prévention de la canicule, nous avions des projets en commun, j'essayais de convaincre Nestlé de sortir ce gérostar ou encore un Clinutren Lait de Poule qui serait vendu à un prix bas dans les grandes surfaces comme complément hyperprotidique et hypercalorique, il était toujours partant pour des projets humanistes. J'ai rajouté dans Wikipedia son attachement à la "Value Based Medecine". C'est ce qu'il m'a enseigné en premier lieu sans oublier toutefois l'Evidence Based Medecine. Il va nous manquer. Que ses enfants soient fier de lui. Ce fut un très grand. Je continue le combat. Amitié http://www.nutrisenior.fr


Giovanni Zaninetta
La SICP (Societé Italienne de soins palliatifs) rappelle la figure belle et importante de Charles Henri Rapin, qui a aimé les soins palliatifs et a contribué à leur développement en toute Europe. Le President SICP Giovanni Zaninetta SICP Via Privato Nino Bonet,2 20154 Milano Italia


Augusto Caraceni
Charles-Henry has been a man with a vision, intelligence and heart. I had the opportunity to appreciate his passionate participation in the development of palliative care as a field and as a philosophy. I could not always agree with him, he was no man for compromise and had strong views. At the Geneva congress he played the role of the terminal patient at the theatre performance that was given and I believe it was a good lesson for us all. The palliative care community in Switzerland and in the world will remember Charles-Henry. I would like to convey to Charles-Henry's family the sense of my respect and sorrow for their great loss with regards Augusto Dr. Augusto Caraceni Director Palliative Care Pain Therapy and Rehabilitation Vice President European Association for Palliative Care, EAPC National Cancer Institute (Fondazione IRCCS) Via Venezian 1, 20133 Milano, Italy


Robert Baril
Chère Martyne-Isabel, Je te présente mes plus sincères condoléance pour le décès de cet être cher. Sois assurée que toutes mes pensées sont avec toi. Robert


Marie-Natasha von Fellenberg
Tout son trop court parcours fut une oeuvre d'amour, de tendresse et d'humour aux appels au secours, bravant toutes les douleurs, puis celles des dernières heures... Avec les fleurs offertes à lui et ses proches, j'ai dessiné une libellule un peu trop solitaire, symbolique, celles dont il aimait "la fragilité", cette libellule posée sur une fleur de larmes, relève bien la tête...


Denise Aldridge
Cher Charles Henri, Oui,j'ai rêvé de toi cette nuit...c'est dire si ton départ brutal m'obsède et m'accompagera encore...La magnifique cérémonie d'adieux que tes merveilleux enfants ont prévue pour toi était à la mesure de ta grandeur d'âme. Oui j'ose le dire, tu étais le plus Grand Gériatre de tous les temps. Tu n'avais pas peur de mouiller ta chemise, de venir en aide aux plus blessés par la vie, aux plus démunis, aux plus fragiles. Tu ne faisais pas juste semblant.Tu étais juste là quand ils coulaient...en tous temps. Je te revois nous annoncer ton cancer de la prostate à Loëx au cours de notre séance d'"Ensemble contre la douleur"(fondée en Avril 1999) avec Jean Claude Combaz et tes solides amies. Je te l'avoue:j'ai si longtemps espéré que tu n'en sois pas victime. Au Congrès de Soins Palliatifs au CICG pour lequel nous avions travaillé ensemble, j'ai compris que ton aura ne faisait pas que des heureux.On ne peut pas être tout en haut et ne pas faire de l'ombre évidemment....Tu avais suggéré "Le temps" comme thème de réflexion, tu nous le laisses aujourd'hui. A lire tous les messages, ici, de tous ceux qui t'ont sincèrement aimé tel que tu étais, je suis confortée dans l'idée que tu vivras en nous encore et toujours.... A Marie Lou,à Raphaël,à Cécile,à Hubert,à Carole, Martyne Isabelle et Martine mes plus sincères condolèances.Je reste, de tout coeur, dans l'immense peine avec vous tous. Denise Aldridge


Nicole Rosset Borremans
En pensée avec les proches, M. Rapin m'a beaucoup apporté durant ma carrière d'infirmière par son engagement humain, le respect et la diponibilité pour défendre la qualité des soins auprès de la personne âgée, s'investir aussi dans la formation des soignants... je retiens le respect de l'humain!


Guy Bourgeault
J'ai connu le professeur Charles-Henri Rapin il y a quelques années, lors d'une session de clôture d'un séminaire de formation continue en éthique clinique à l'Université de Genève, où j'avais été invité à présenter une conférence. La cordialité de son accueil à Genève fut à l'origine d'une amitié qui n'a pas pu se développer vraiment par la suite, mais quelques brèves rencontres à la fois amicales et de travail ont été pour moi stimulantes. Récemment, il a reçu en stage une doctorante de bioéthique de l'Université de Montréal; il avait accepté d'agir auprès de celle-ci comme co-directeur, avec moi, de ses recherches doctorales et de sa thèse. Je garde le meilleur souvenir de ces brèves rencontres et de notre trop courte collaboration. Charles-Henri Rapin a apporté beaucoup aux personnes auprès desquelles il est intervenu lui-même, notamment pour soulager la douleur et pour apporter des soins palliatifs de qualité, c'est-à-dire profondément humains. Son apport plus large, si je peux m'exprimer ainsi, médiatisé par tant d'intervenants qu'il avait formés et accompagnés, ou avec lesquels il avait eu l'occasion de discuter, a rejoint bien des personnes du Québec. Merci!<br>À ses proches et ses collègues, je dis ma sympathie.Guy Bourgeault — Université de Montréal


Anne de la Tour
Je ne pourrai pas oublier son humanité sa cordialité et son humour. A chaque fois que je vois un malade devant son plateau repas je repense à son exposé exceptionnel lors d'un congrès de soins palliatifs avec photos des assiettes présentées aux patients ("splatch"); je l'ai souvent cité dans des formations. Il est bien triste d'apprendre sa mort; Aussi je désire transmettre à sa famille et à ses collègues tout mon soutien. Anne de la Tour


Eliane Schneeberger-Gubler
Colloques "bien-vieillir", les mardis à Loëx. Et oui..il faudra continuer..de jeter des pavés dans la mare, de secouer les consciences, à commencer par la nôtre,de réfléchir, de s'interroger. Et placer l'intergénérationnel au coeur de tout cela. Ensuite lier le tout d'un peu d'humour et de beaucoup d'humanité. Nous avons appris..il faut juste continuer.. Avec toute ma profonde gratitude, Monsieur Rapin!


Claude-François Robert
Charles-Henri Rapin fut aussi un rebelle de la santé publique.La disparition précoce du Dr. Charles-Henri Rapin constitue une perte pour la santé publique. En s’emparant de trois dossiers, il a remodelé notre système de santé en y associant les ressources des communautés concernées. Vecteur de changement, maniant à la fois les «coups de gueule» et le raisonnement scientifique, il a su construire une approche globale des problèmes de santé. Premièrement, sa vision des soins palliatifs et de la lutte contre la douleur a ouvert tout un pan d’activités nouvelles au bénéfice des patients confrontés à des situations si inconfortables qu’elles n’intéressaient plus la médecine bien-pensante. Deuxièmement, c’est un regard global qu’il a porté sur la population vieillissante par sa «Stratégie pour une vieillesse réussi», un regard ancré au niveau de la communauté et de ses besoins. Là encore, il est réjouissant qu’un médecin à vocation hospitalière puisse mobiliser la communauté, en y associant moult associations, comme il le fit au Salon des Aîné-e-s. Troisièmement, j’ai eu le plaisir de collaborer avec Charles-Henri sur le dossier de la canicule et je garde en mémoire son dynamisme, son inventivité pour faire face – rappelons qu’il fut un précurseur en ce domaine – à ce problème de santé publique qui posait à la fois des questions techniques et de solidarités. Je pense à sa famille, à ses proches et ses amis qui n’oublieront pas cet esprit rebelle et si aimant.


Eleonore Zwick-Merchan
Le lion est mort un jeudi soir.<br>La savane n'écoutera plus ses rugissements de révolte et de justice, <br>D'amour et d'humour aussi.<br>Les grand-mères lionnes et les panthères grises qu'il aimait et qui l'aimaient, <br>Sont dans une douleur profonde,<br>Une tristesse qui les plombe au plus bas.<br>Les chemins sont comme effacés, <br>L'être de lumière qui les guidait s'est éteint au bout d'un chemin. <br>La savane est maintenant remplie du silence de l'éternité<br>Et du vide qu'il nous laisse.<br>Pour toujours, à jamais.<br>"y de la fuente de gracia, de donde procedia, se volvió como gota que se vuelve a la mar" G.A. Becquer<br>Grand-mère lionne


Linda Dupuis
« Ensemble contre la douleur », voilà où nous nous retrouvons tous au lendemain de la perte de notre cher président-fondateur, Professeur Rapin à qui je m'adresse aujourd'hui:<br>Cher professeur,<br>Vous avez quitté le navire beaucoup trop tôt, laissant dans ses sillages, un équipage chaviré par cette tempête soudaine. Puissiez-vous, du haut du mât que vous occuperez dorénavant, guider vos barques vers de ports de sérénité et de lumière. Ainsi, les eaux tranquilles pourront soulager la douleur de votre épouse, Martyne-Isabel, de votre beau-père Michel et de votre beau-fils Alexandre. Merci de continuer à nous guider « autrement ».<br>Linda Dupuis, adjointe administrative de MeMartyne-Isabel Forest (1998-2002)


François Planche
Le Conseil d’éthique commun aux Fondations d’Aigues-Vertes, Clair Bois et Foyer Handicap, est très peiné d’apprendre le décès du Professeur Charles-Henri Rapin qui a présidé durant de nombreuses années la Commission éthique de Foyer Handicap et fondé ce présent Conseil d’éthique en collaboration avec les trois Fondations. Nous lui sommes très reconnaissants d’avoir œuvré pour la défense des droits des personnes en situation de handicap avec profonde humanité, force, détermination, grande compétence et créativité. Il reste bien vivant dans nos mémoires et le riche enseignement qu’il nous a légué est une précieuse source d’inspiration. Nous adressons à sa famille et ses proches nos très sincères condoléances.


Hélène Gitta
Nous avons perdu un grand homme, humain, proche des gens, aimable et compétent. Que sa famille soit réconfortée par le souvenir qu'il a laissé à tous ceux qui l'ont rencontré. J'en garde un souvenir ému.


Jacques Vittori
Chère famille et amis, Depuis un pâturage des hauteurs de la Vallée de la Brévine je suis descendu à Genève le 15 juillet et j'aurais pu, sans manquer mon rendez-vous, être avec vous à 14 heures, au temple de Carouge, si je l'avais su. De retour le jour même à la Chaux-du-Milieu, j'ai retrouvé la vie merveilleuse de la nature en continuelle évolution depuis sa première étincelle, voici des millions d'années. Jamais une fleur, modeste ou somptueuse, n'est aussi belle que lorsqu'elle va disparaître pour laisser la semence multiplier la vie de son espèce. Dans ces sentiments, maladroitement exprimés, je vous assure, chère famille et amis, de ma profonde sympathie Jacques Vittori (1924) 41, bd Georges-Favon 1204 Genève. EDITO ( site internet www.assp.ch)


Donatella Bernardi
Chers tous, Je suis profondément attristée d'apprendre le décès de Charles-Henri. Je suis particulièrement en pensées avec Cécile, Raphael et Carole, en me remémorant notre magnifique voyage au Canada et à Maoi.


François Loew
Charles-Henri, Nous fûmes longtemps collègues et frères d’armes dans les années 80 de la gériatrie genevoise, puis je suis venu te rejoindre dans l’aventure remarquable et exigeante de la gériatrie communautaire. Que de combats il fallut mener avec des victoires et des échecs, mais toujours la conviction que cette médecine globale était digne d’être défendue. J’ai toujours apprécié ta force de contestation, ta vision de la gériatrie et ton engagement en faveur de nos aînés, ton énergie créatrice. Nous n’avons pas toujours été d’accord, mais cela n’enlève rien à la richesse et au caractère unique de cette expérience. Tu es parti trop tôt, avant que nos chemins ne se recroisent. Dr François Loew Genève


Diane Laflamme
Le Comité de rédaction de la revue <i>Frontières


Luisa Schneider
Quoi dire face au fait aussi choquant et troublant soit-il? Sinon que de réitérer ton appel au respect mutuel, à la revalorisation des relations humaines et à l’échange intergénérationnel, pour honorer ta mémoire. Nous ne sommes pas des produits industriels crées pour fermer le cercle du « consumisme » ni pour satisfaire ses désirs. Le chemin à parcourir reste long, mais bien heureusement nous sommes légion à avoir reçu de toi, et maintenant c’est à nous de prendre le relais et de poursuivre ton combat pour ne pas sombrer dans une société de plus en plus méprisante envers les valeurs humanitaires, dans laquelle "Le propre de l’homme" est le chagrin. C'est notre devoir de ne pas laisser choir ta flamme.


Marei-Noëlle Belloir
C'est avec une grande tristesse que j'apprends aujourd'hui le décès du Pr CH Rapin. A sa famille, j'adresse toute ma sympathie et mes sincères condoléances. Le Pr Rapin est venu plusieurs fois dans notre Bretagne (St Malo, St Brieuc...) nous faire part de ses messages, il savait nous enseigner, nous renvoyer des images fortes sur notre pratique("le splatch" servi dans nos intitutions ; l'espoir d'un "hopital sans douleur".... ) mais aussi nous assurer de bon moment à partager, avec humour et amitié... je retiendrai un diner au Thermes Marin de St Malo, le congrès de Barcelone puis celui Genève. Sachons ne pas l'oublier !MN Belloir Cadre de santé.


Marc Magnet
Beaucoup de peine en apprenant ton départ mais tant de souvenirs de ta disponibilité pour nous apprendre les soins palliatifs au Cesco en 89, de ces fous rires chez toi assis sur ta bouée...de tes SMS qui nous conseillaient de donner à boire aux personnes agées en été...Alors merci pour tout ça et peut être "un jour au paradis Charly" tu as surement de bonnes idées pour y rendre la vie plus drôle. Nos condoléances à toute ta famille. Catherine et Marc Magnet Lyon


Francis Albert
Charles-Henri,<br>J'apprends avec retard et beaucoup d'émotion ton départ brutal... De nombreux souvenirs remontent en moi avec une pensée particulière pour notre collaboration dans l'action "Vers un hôpital sans douleur"...<br>Il est difficile de croire que les congrés et réunions ne seront plus illuminés par ton regard pétillant et parfois ironique, forçant tes interlocuteurs à approfondir et affuter leurs arguments.... sous peine de malaise...!<br>La gériatrie, les soins palliatifs et la médecine en général ont perdu un pionnier et un maître au sens le plus noble du terme...<br>Quand à nous, nous perdons un ami.<br>Je pense à ta famille, à tous tes proches et au grand vide que tu laisses...<br>Je te souhaite bonne route, ami, tu resteras à jamais au fond de nos coeurs....


Janine Blum
Depuis six années que je vis en Suisse, je m'abreuve aux écrits de Charles-Henri Rapin qui constitue à mes yeux LE modèle du "prendre soin" des aînés. Humanité et amour couplés à intelligence, simplicité, humour et éloquence. Un grand homme assurément que j'ai eu le privilège de rencontrer à Paris en juin dernier à l'occasion d'un congrès sur les approches non médicamenteuses de la maladie d'Alzheimer. Nous avons échangé, à plusieurs reprises, je l'ai invité à venir nous rencontrer dans la maison de vacances des petits frères des Pauvres à Rolle lors de notre séjour organisé pour les aînés début juillet. Partie depuis en Israël, j'ai appris tardivement sa disparition qui me touche profondément. A tous, familles et amis j'adresse mes plus sincères condoléances. Charles Henri Rapin n'est pas prêt de quitter nos coeurs et nos esprits ! <br>Janine Blum, directrice de la fondation suisse les petits frères des Pauvres, Rolle (VD)


Claire Ouellet
À vous, Maman de M. Charles-Henri Rapin et à ses enfants Cécile et Raphaël. Je vous transmets mes plus sincères sympathies et mes pensées vous accompagnent. À toi, Martyne-Isabel et à ton fils Alexandre, Je me permet de t'offrir une énergie qui saura te guider à travers ces moments difficiles. Vivre sa douleur, Martyne-Isabel, est le meilleur moyen de guérir. Mes pensées vous accompagnent. Claire Ouellet, représentante ministérielle, Ministère de la santé et des services sociaux, Québec


Carlo Foppa
Sidéré par la nouvelle apprise tardivement, je pense à la dernière fois qu'on s'était vus: Lausanne, un débat excité comme souvent et la nicotine partagée dehors. Je pense aussi et surtout à Genève à la fin des années '80 lorsque l'éthique clinique faisait ses premiers pas grâce notamment à tes initiatives. Je pense sincèrement à tout ce que tu as su construire, dans un milieu qui ne fait pas de cadeaux, avec ténacité et persévérance. Je pense à tes coups de gueule et à ta chaleur humaine lorsqu'on se voyait.Merci pour tout ce que tu nous a apporté à nous tous, sincèrement et avec beuacoup de tristesse. Mes sympathies à Martine-Isabel


Abdellatif Bougacha
Il ètait mon professeur,il est devenu un ami.Je garde des souvenirs inoubliables de cet homme qui m'a beaucoup motivé, marqué et orienté dans mes choix professionnels.Son temps était consacré aux autres, sa générosité est une légende. Mes condoléances s'adressent à toute la famille essentiellement à sa mère qu'il me présentait avec beaucoup de fierté et de tendresse.


Eric Dubost
Quelle tristesse! Merci, pour ton accueil à Geneève en 1992 pour un stage de Gériatrie au CESCO, pour ton hébergement dans ta maison, tes commentaires au café le matin sur la situation au Moyen Orient, l'évolution de la prise en charge de la douleur et enfin ton aide pour mon mémoire sur " les troubles de l'hydratation du sujet âgé en fin de vie". Nous perdons "quelqu'un", professionnel, attachant, plein d'humour et généreux. Même si nous nous sommes peu vu ces derniers temps je suis très chagriné; j'adresse mes sincères condoléances à toute sa famille. Eric Dubost

print

Pensées virtuelles

+ Ajouter une pensée virtuelle
 

À votre service

Annuaire professionnel

S'inscrire