En hommage à...

 

En souvenir de ...

Raymond Colbert, la voix dort

Raymon Colbert (au centre) entouré d'Yvan Ischer et de Julien-François Zbinden, lors de la remise des archives de Jack Rollan au canton de Vaud, à Chavannes-près-Renens, en juin 2008. © Chris Blaser

Le natif de Sainte-Croix avait 90 ans. Il était notamment speaker de Radio Suisse pendant la Seconde Guerre mondiale.

Une voix d’or s’est tue. Raymond Caulet, dit Colbert, grande figure de la Radio romande, s’est éteint vendredi, à l’âge de 90 ans. Né à Sainte-Croix en 1918, il avait rejoint, à 17 ans déjà, l’équipe de la Sallaz par le biais du radio-théâtre.

Engagé comme speaker, comme on disait alors, il bénéficiait d’une diction naturelle et d’un timbre clair, reconnaissables entre mille. Il a été l’une des deux voix officielles de Radio Suisse durant la Seconde Guerre mondiale.

Mais Raymond Colbert avait trop d’idées pour se borner à lire les textes des autres. Après avoir été formé à la mise en ondes, il lance des émissions d’actualité cinématographique comme Ciné-magazine. Aux films hollywoodiens, il ajoute bientôt les disques de jazz, à l’enseigne de Swing sérénade, une émission qui tiendra l’affiche durant trente-cinq ans!

Rattaché au département des variétés, il conçoit et anime de multiples divertissements tels que Jouez avec nous ou L’école buissonnière. Sentant venir la vague yéyé, il programme deux fois par semaine Bonjour les jeunes, rebaptisé ensuite Tous les jeunes, et qui a notamment pour correspondants Claude François et Danyel Gérard.

Son épouse, Reine Caulet-Colbert, édite de son côté le mensuel Nous les jeunes, équivalent romand de Salut les copains!

Une chance aux jeunes

L’homme de radio prend de l’âge, mais reste en contact avec son public par le biais de ses enfants et de jeunes collaborateurs, auxquels il donne une chance. Bernard Pichon, Jacques Blayze et l’auteur de ces lignes bénéficient ainsi de son précieux encadrement. Débuter auprès de ce professionnel rigoureux, très respectueux des auditeurs, constitue assurément la meilleure des écoles.

C’est Raymond Colbert encore qui, tous les samedis soir, anime la première émission de disc-jockey de la RSR: Entrez dans la danse!

L’homme est un visionnaire. Il rêve alors d’une radio où l’animateur passerait lui-même les disques et défend, avant l’heure, le principe des radios locales. Plus tard, il prendra momentanément la direction de la genevoise Radio Cité.

Jamais à court de concepts novateurs, il imagine Disc-o-matic, et surtout ces grandes productions animées par Michel Dénériaz que sont La grande chance et Fête… comme chez vous.

Enregistrées dans toute la Suisse romande, déplaçant les foules, elles font incontestablement date. Mais la télévision prend la main sur la radio. Lorsque vient l’heure de la retraite, en 1983, Raymond Colbert n’a sans doute qu’un regret: lui, l’éternel jeune premier, n’a pas tenté le virage de la télévision.

Jean-Pierre Pastori

Avis de décès

printpdf

24 Heures le 7 juillet 2009

24h Societes Colbert Raymond Raymond CauletLA R ADIO SUISSE ROMANDE a l e p r o f o n d r e g r e t d e f a i r e p a r t d u d c s d e Monsieur Raymond COLBERT (Raymond)-320(Caulet\))]TJET Q/2 9 Tf qBT 1 0 0 -1 6.333 93.333 Tm[(producteur et animateur, colla- borateur retrait dont elle gar- dera le meilleur souvenir. A sa famille et ses proches, la direction de la RSR adresse ses sincres condolances. Pour les obsques, prire de se rfrer l'avis de la famille.

Voir toutes les personnalités
Ecrire une condoléance

Bernard Genoud
je suis très attristé par le décès de M. Raymond Colbert qui a marqué toute mon adolescence avec les différentes émissions qui nous étaient destinées. Je me souviens avoir une ou deux fois figuré parmi les lauréats des concours proposés. A l'image du comédien Pierre Ruegg, M. Colbert avait une voix que j'adorais. C'était un vrai bohneur de l'écouter entre deux disques. Je me souviens également encore très bien d'une émission souvenir diffusée il y a quelques annéees sur RSR. Je garderai un souvenir très ému de M. Raymond Colbert. Avec mes sincères condoléances. Bernard Genoud Corsier-sur-Vevey


Jean Pierre Pastori
Aux lignes ci-dessus, j'aimerais ajouter l'expression de ma profonde tristesse. Raymond Colbert m'a mis le pied à l'étrier. Il m'a beaucoup appris. Je lui en ai toujours su gré. Et j'ai heureusement eu plusieurs fois l'occasion de le lui dire. Me trouvant présentement à plusieurs milliers de kilomètres de Lausanne, je regrette de ne pouvoir assister à ses obsèques.


Ginette Hintermann
Que de souvenirs de mon adolescence! Ayant déménagé outre-Sarine dans ma jeunesse, Raymond Colbert m'a bien souvent consolée dans ma solitude de petite Welsche d'alors. Lors de ses émissions j'étais collée à mon poste de radio, j'entends encore quand je veux sa voix suave et si sympathique. Merci Raymond Colbert de pouvoir rêver encore après 50 ans d'absence de la Suisse Romande!


Liliane Maret
Merci d'avoir enchanté mon adolescence par votre voix.


Jean Mars
Jean-Pierre Pastori a dit l'essentiel. Pour ma part, je dois à Raymond Colbert d'avoir compris très tôt que la radio est un métier où il faut voir "en avant" et oser prendre des risques. En le côtoyant, il y a près de 50 ans, dans les studios de la RSR, j'ai aussi appris que donner l'illusion de l'improvisation est le fruit d'une rigoureuse préparation. Cela m'a été précieux dans mon métier de comédien et d'animateur. Merci à lui d'avoir été si inventif et pionnier même à bien des égards. Où se cachent les Colbert d'aujourd'hui?


Adrienne Bieri
"Swing Sérénade", c'est inoubliable. Que son créateur-animateur soit béni! Avec mes condoléances, Adrienne Bieri, musicienne, Lausanne


Jean-Philippe Peçon
J'ai eu le bonheur de connaître Raymond à l'occasion de plusieurs MIDEM. J'avais alors 24/25 ans et lui je pense 54/55. Tout de suite il y a eu un excellent contact et le "Monsieur" se transforma pratiquement immédiatement en Raymond. Parmi tous les souvenirs que j'ai de ce professionnel hors du commun il en est un que je n'oublierai jamais et c'est l'interview de Buffy Ste -Marie à Valbonne dans les hauts de Cannes en 1972 et dont je conserve précieusement la K7 que Raymond m'avait fait parvenir. Il faut dire que ce fut une expédition... car nous étions tout sauf certains qu'elle viendrait au rendez-vous tant cette artiste était sauvage et méfiante et que de plus le restaurant dans lequel nous devions la rencontrer était fermé !!!! Mais après 15 à 20 minutes d'attente elle est arrivée et ce à notre grand soulagement. Je présente à sa famille mes plus sincères condoléances et puis l'assurer que Raymond restera présent dans mes souvenirs à jamais tant la personne de ce grand professionnel est inoubliable. J.-Ph.Peçon


Jean-Louis Jayet
A ce moment nous n'avions que la radio. Ce furent des heures inoubliables,d'écouter ses émissions d'un naturel , que les journalistes actuels n'arrivent pas à produire vu leur rapidité d'expression. Toute ma sympathie à sa famille.


Isabelle Bonvin
Merci Raymond Colbert de m'avoir permis de vivre une vie artistiquie grâce à la grande chance. en effet, les conseils que vous m'avez gentiment prodigués et vos encouragements ont décidé de mon destin heureux. Vous resterez toujours lumineux dans ma mémoire.


Jacques Blayze (Bernasconi)
Jacques Blayze (Jacques Bernasconi) J'ai appris tardivement le décès de Raymond, car exilé à l'étranger depuis plus de dix ans. Raymond restera dans ma mémoire l'homme qui m'a donné ma chance et lancé dans la carrière journalistique. Un vrai pro, rigoureux et attentif. Il avait tout compris de l'impact de la radio sur la jeunesse de l'époque. Une page s'est tournée. Aujourd'hui j'ai quitté les médias pour le monde de la musique et si j'aime le jazz c'est sans doute à Swing Serenade que je le dois! Salut Raymond!

print
 

À votre service

Annuaire professionnel

S'inscrire