En hommage à...

Jean-Raymond TSCHUMI

 

Avis de décès

printpdf

24 Heures le 30 juillet 2014

VQ Avis Tschumi Jean-Raymond

printpdf

24 Heures le 31 juillet 2014

VQ Societes Tschumi Jean-Reymond

printpdf

24 Heures le 8 décembre 2014

VQ Merci Tschumi Jean-Raymond

printpdf

24 Heures le 29 juillet 2015

VQ Souvenirs Tschumi Jean-Raymond k240H\227DO) Tj/F1 8 Tf-59.440002 26.495998 Td(<* J:KHHO; <B(#) TjET1 g11 67.988998 m117 67.988998 l117 90.988998 l11 90.988998 lhf1 G.3 w11 67.988998 m117 67.988998 l117 90.988998 l11 90.988998 lhS0 gBT/F0 16 Tf12.928 73.984001 Td(od ^c\[od) Tj49.727997 0 Td(j_ po iOTD|_T6GCDP ]=QL:GK \D) Tj10.503998 0 Td(TD ;: GO GTD@:O=m

printpdf

24 Heures le 29 juillet 2016

VQ Souvenirs Tschumi Jean-Raymond

Ecrire une condoléance

Philippe Leignel
Oui, je voudrais rendre à Jean-Raymond ce qui lui appartient, dans la beauté: "PRÉSENCE J'ai pris la passerelle de tes songes sous l'oeil perçant du milan et ma nuque s'étirait mauvais âme de jadis. J'ai surplombé l'abîme où bouillonnent les aveux sans trop me pencher sur les dépouilles des étés. J'ai dormi tous feux éteints lorsque ton corps m'éveilla à la lumière matinale. Il fit jour et je vis que c'était bien. Nulle passerelle, mais la justice d'un corps qui s'en va au matin clair." Jean-Raymond Tschumi, "L'été disloqué", Genève, 1994. J'entends sa voix, si nette, dire exactement ce qui est. A toi, fraternellement... Philippe Leignel


Beata Jaquet
C'est à l'étranger que j'ai appris cette triste nouvelle. Je vais garder de Juan-Ramón un souvenir «classe» et lumineux. C'est à lui que je dois mon équivalence d'espagnol, il m'a encouragée dans les efforts et démarches. Chère Hélène, je suis en pensées avec toi. Mes sincères condoléances.


Christine Durand-Bajenescu
Ce n'est qu'aujourd'hui que j'ai appris par hasard votre décès, Monsieur Tschumi. Je vous appelle encore ainsi, car vous fûtes mon professeur d'allemand à la Cité de 1989 à 1992. Je voudrais donc vous rendre hommage, même si vous ne pourrez jamais lire ces quelques lignes... A vous donc, enseignant d'exception qui saviez nous faire travailler la grammaire allemande tout en partageant tant d'émotions personnelles, avec humour, mais aussi pudeur. A vous qui avez su éveiller en nous cette envie de réussir, mais surtout l'intérêt de la langue et de la littérature allemande. A vous enfin qui m'avez - sans le savoir - guidée vers cette profession que vous exerciez avec tant de passion. Je vous remercie, Monsieur Tschumi, pour tout ce que vous m'avez apporté. J'espère que mes gymnasiens d'aujourd'hui retrouvent votre esprit espiègle dans mes cours d'allemand...

print
 

À votre service

Annuaire professionnel

S'inscrire