Aller au contenu principal
En hommage à

Luis Manuel Faustino

Tribune de Genève

Condoléances

En mémoire de
Luis Manuel Faustino
au nom de Isabel Garcia Girol Gressent

Toutes nos condoléances les plus sincères à toute la Famille.
Repose en paix Manu.
Nicolas, Tomas et Isabel Gressent Garcia vous accompagnent de tout coeur.

En mémoire de
Luis Manuel Faustino
au nom de Ingrid & Frank Kaufmann Olsen

Rachel querida estamos con vos y tu familia en este duelo difícil a asimilar.
La belleza de alma de Manuel siempre nos acompañará.

En mémoire de
Luis Manuel Faustino
au nom de Giulietta Gianascio

Mis amados Rachel, Sebastian y Anna, hoy no estaré con Ustedes, pero estoy profundamente en comunión. Manuel, tío, esposo y padre ha sido una persona importante para mi. Como ustedes son importantes. Los amo profundamente. Titina

En mémoire de
Luis Manuel Faustino
au nom de Mireille Mothes

J’ai connu Manuel pendant un séjour de quelques jours à Genève il y a quelques années. Je garde le souvenir d’un homme gentil, serein, réservé, au regard pénétrant et pétillant d’intelligence, à l’humour subtil. Des photos d’arbres magnifiques; une conversation autour d’un café en attendant ma très chère amie Rachel. Manuel avait une personnalité qui marque. Je ne l’oublierai pas. Qu’il repose en paix.

En mémoire de
Luis Manuel Faustino
au nom de Silvia et Jean-Jacques Moeri

Manu est notre ami, à Silvia et moi ! J'écris au présent car contrairement à mes premières pensées je croyais qu'avec son départ, je perdais une partie de moi-même. Mais il n'en n'est rien, il est toujours présent dans mon cœur, mes pensées et mes souvenirs.

On s'est connu vers 13-14 ans à une époque où une vague de liberté soufflait sur la société et nous n'étions pas des ados particulièrement sages.
Alors on s'est tout de suite bien entendu pour faire les 400 coups, mais rien de bien méchant. On a connu ensemble les premiers ébats amoureux, les tournées en « boguets » maquillés pour faire la tournée des boums de la région, la musique pop avec des 33 tours d'anthologie et les festivals de l'époque. Puis ce fut les premiers voyages ! En stop, en train : le Maroc, l'Allemagne, la Hollande, la Grèce où une étrangère s'était incrustée, Silvia, ma future femme.
Des centaines d'anecdotes me trottent dans la tête gravées à jamais.
Après ce fut les premiers petits boulots. Un patron pas ordinaire nous avait engagé avec 2 autres copains pour faire de la manutention, pas banal !! on nous appelait les « charlots ».

Nous étions tous deux attirés par la photographie et avons fait ensemble nos premières pellicules. Il y avait celui qui avait l’œil, le don et l'autre qui se prenait pour un artiste, l'autre c'était moi ! J'ai toujours admiré Manu pour sa pugnacité à vouloir vivre de sa passion et d'y être arrivé.

Ensuite vint le temps des responsabilités avec l'âge adulte ; nos rencontres respectives, le mariage, nos premiers enfants et le travail.

Puis les événements de la vie nous ont séparés pendant un long moment, sans vraiment savoir pourquoi nous nous étions perdus de vue.

Nos retrouvailles furent le fruit du hasard, une rencontre à la vieille ville. Et depuis, nous nous sommes retrouvés comme si ces années d'absence n'avaient jamais existé.
Les mêmes regards, les mêmes rires et la même complicité. Sans le savoir, comme cette amitié m'avait manqué !

Dernièrement, après ses premières chimios et la rémission momentanée de sa maladie, nous sommes partis ensemble quelques jours dans le sud pour le mariage de mon fils.
Il dégageait de sa personne de la sérénité et un réel plaisir d'être ensemble avec nos amis dans une région magnifique. C'est cette dernière image que nous garderons de ses derniers moments.

Manu est un homme bon, généreux de sa personne, amoureux de la nature et des hommes !
Manu, nous t'aimons !!!